Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 09:59

153. - À Mademoiselle Agathe DICHE, à Agen

En ce temps de Carême, le « cœur contrit et humilié » est une oraison jaculatoire des plus appropriées. Mais « à quoi nous servirait l’usage de ces oraisons jaculatoires si nous ne les prononcions que du bout des lèvres et que le cœur n’y eut point de part » ?

+ J.M.J.T. Ce 26 mars 1811

Mon Dieu, vous ne mépriserez pas un cœur contrit et humilié !

Prononçons, ma très chère amie, cet « Acte », avec véritablement un grand regret de nos péchés et une grande humiliation ; car, à quoi nous servirait l’usage de ces oraisons jaculatoires, si nous ne les prononcions que du bout des lèvres, et que le cœur n’y eût point de part ?

Le grand mérite de ces sortes de prières vient de ce que, étant infiniment courtes, nous pouvons les faire sans distraction et d’une manière plus fervente. Mais hélas ! souvent, comment les faisons- nous ? Avec quelle tiédeur, quelle lâcheté !

Vraiment, ma chère amie, comment servons-nous le Seigneur ? Comme nous ferions du dernier des hommes ! Nous sommes attentives à tout, excepté à son service et nous prétendons avoir la foi ! Et quelle foi, grand Dieu : une foi morte, une foi de nul mérite pour l’éternité et qui nous rendra encore plus coupables, pour avoir su ce qu’il fallait faire et ne l’avoir pas fait.

Changeons de conduite, chère Agathe, aux approches des grandes solennités que nous allons célébrer ; tâchons de mener une vie toute nouvelle, entièrement consacrée à la gloire de Dieu et au salut de notre âme.

Envions le bonheur de ces âmes si saintes qui servent le Seigneur avec tant d’amour et de fidélité. Il dépend de nous, avec le secours de la même grâce qui les anime, de marcher sur leurs traces. Hâtons-nous de le faire ; mettons la main à l’œuvre.

« La cognée est déjà à la racine de l’arbre : tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu ». Prenons garde ; il n’est pas dit : « Celui qui portera de mauvais fruits », mais « Celui qui n’en portera pas de bons ». Frémissons, tremblons et agissons.

Adieu, ma chère Agathe, je vous aime bien, en Notre-Seigneur Jésus-Christ.

ADÈLE

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rechercher

Articles Récents