Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 09:07
MÈRE MARIE DE St CHARLES

MÈRE MARIE DE St CHARLES

FILLES DE JÉSUS

FILLES DE JÉSUS

JEUDI 30 AVRIL (Troisième semaine de Pâques)
Avec MÈRE MARIE DE SAINT CHARLES (ANGÉLIQUE PÉRIGAULT 1820-1884)

 

par l'abbé Jérôme POMIÉ

Prêtre référent du Service diocésain du Catéchuménat

 

 

Chers amis,

 

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous un document du Service Diocésain des Vocations (SDV). Chaque année, notre diocèse est invité à un pèlerinage pour les vocations le 1er mai. Cette année, confinement oblige, l'Abbé Thibaud de La Serre, responsable du SDV, fait des propositions que vous trouverez dans ce lien et ainsi pour pourrez organiser votre journée du 1er mai si vous souhaitez répondre à cette invitation. Dimanche prochain, communément nommé, dimanche du Bon Pasteur, l’Église prie pour les vocations.

 

Ci-dessous notre fiche quotidienne. Sœur Saint Paul DELON, qui accompagne dans la Paroisse Saint-Pierre des Rivières (Tonneins/Clairac), deux BNI, Cristiana et Margarida, nous propose de prier ce jeudi avec une supérieure de sa communauté à l'occasion du deux-centième anniversaire de sa naissance : Angélique Périgault, Mère Marie de Saint Charles. Je remercie vivement Sœur Saint Paul pour son travail de préparation.

 

Le jeudi, l'équipe diocésaine prie spécialement pour le Catéchuménat du Confluent. Je diffuserai en direct l'office de sexte à 12h, à 18h la messe avec les vêpres intégrées, à 22h les complies. Vous pourrez me
rejoindre sur la chaine YouTube du service.

 

J'implore sur nos catéchumènes la Bénédiction du Seigneur (RICA 119/1)

 


Seigneur, montre-toi favorable à ces catéchumènes:
qu'une fois instruits des saints mystères,
ils renaissent de la fontaine baptismale,
et soient comptés à jamais parmi les membres de ton Église.
Par Jésus, le Christ notre Seigneur. Amen

 

Votre Abbé, Jérôme

 

 

Chapelle Saint Joseph de Kermaria (Bretagne) - Maison mère des Filles de Jésus

Chapelle Saint Joseph de Kermaria (Bretagne) - Maison mère des Filles de Jésus

Vierge couronnée à l’enfant - Chapelle Kermaria an Iskuit, Plouha (22)

Vierge couronnée à l’enfant - Chapelle Kermaria an Iskuit, Plouha (22)

Quelques liens :

 

- A la découverte des Filles de Jésus de Kermaria

- Consacrer sa vie ?

- Vous avez dit vie religieuse ? Témoignages :

- Avec les enfants : reprendre les Actes des Apôtres de ces 3 jours, courtes séquences, très modernes :

 

- Quelques chants :

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

CHANT DU JOUR

(Cliquer sur le lien ci-dessus)

 

 

Acclamez votre Dieu

 

 

R. Acclamez votre Dieu sur toute la terre,
Célébrez-le par vos chants de joie !
Acclamez votre Dieu, Il est la lumière,
Éternel est son amour !

 

1. Chantez au Seigneur vos hymnes de fête,
Exaltez-vous devant les nations.
Louez le Seigneur, louez votre Roi,
Il demeure éternellement.

 

2. Venez l’adorer, nations de la terre !
Ne craignez pas, vous serez bénis.
Vous êtes son peuple, il est votre Dieu,
En ses mains remettez vos vies.

 

3. Offrez au Seigneur votre action de grâce,
De la détresse, il vous a tirés.
Du lieu de la mort, du fond des enfers,
Par son Fils il vous a sauvés.

 

4. Venez au banquet, buvez à la source,
Dieu vous invite, écoutez sa voix !
Venez sans argent, approchez de lui,
Écoutez, alors vous vivrez.

 

5. Bénissez sans fin le Dieu qui nous sauve,
Il a rendu nos âmes à la vie.
Louez le Seigneur, nous sommes à lui,
Qu’il est grand, son amour pour nous !

 

Paroles et musique : Communauté de l'Emmanuel (B. Carraud) /© 2013, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris

 

 

LECTURES DU JOUR

 

PREMIÈRE LECTURE

 

« Voici de l’eau : qu’est- ce qui empêche que je sois baptisé ? »

 

 

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 8, 26-40)

 

En ces jours-là,
l’ange du Seigneur adressa la parole à Philippe en disant :
« Mets-toi en marche en direction du sud,
prends la route qui descend de Jérusalem à Gaza ;
elle est déserte. »
Et Philippe se mit en marche.
Or, un Éthiopien, un eunuque,
haut fonctionnaire de Candace, la reine d’Éthiopie,
et administrateur de tous ses trésors,
était venu à Jérusalem pour adorer.
Il en revenait, assis sur son char,
et lisait le prophète Isaïe.
L’Esprit dit à Philippe :
« Approche, et rejoins ce char. »
Philippe se mit à courir,
et il entendit l’homme qui lisait le prophète Isaïe ;
alors il lui demanda :
« Comprends-tu ce que tu lis ? »
L’autre lui répondit :
« Et comment le pourrais-je
s’il n’y a personne pour me guider ? »
Il invita donc Philippe à monter et à s’asseoir à côté de lui.
Le passage de l’Écriture qu’il lisait était celui-ci :
Comme une brebis, il fut conduit à l’abattoir ;
comme un agneau muet devant le tondeur,
il n’ouvre pas la bouche.
Dans son humiliation,
il n’a pas obtenu justice.
Sa descendance, qui en parlera ?
Car sa vie est retranchée de la terre.
Prenant la parole, l’eunuque dit à Philippe :
« Dis-moi, je te prie : de qui le prophète parle-t-il ?
De lui-même, ou bien d’un autre ? »
Alors Philippe prit la parole
et, à partir de ce passage de l’Écriture,
il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.
Comme ils poursuivaient leur route,
ils arrivèrent à un point d’eau,
et l’eunuque dit :
« Voici de l’eau :
qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? »
Il fit arrêter le char,
ils descendirent dans l’eau tous les deux,
et Philippe baptisa l’eunuque.
Quand ils furent remontés de l’eau,
l’Esprit du Seigneur emporta Philippe ;
l’eunuque ne le voyait plus,
mais il poursuivait sa route, tout joyeux.
Philippe se retrouva dans la ville d’Ashdod,
il annonçait la Bonne Nouvelle
dans toutes les villes où il passait
jusqu’à son arrivée à Césarée.

 

 

PSAUME (65 (66), 8-9, 16-17, 20)

 

Acclamez Dieu, toute la terre !ou : Alléluia !

 

Peuples, bénissez notre Dieu !
Faites retentir sa louange,
car il rend la vie à notre âme,
il a gardé nos pieds de la chute.

 

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
quand je poussai vers lui mon cri,
ma bouche faisait déjà son éloge.

 

Béni soit Dieu
qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

 

 

ÉVANGILE DU JOUR

 

 

« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel »

 

Alléluia. Alléluia. Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel, dit le Seigneur ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Alléluia.

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 6, 44-51)

 

En ce temps-là,
Jésus disait aux foules :
« Personne ne peut venir à moi,
si le Père qui m’a envoyé ne l’attire,
et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes :
Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.
Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement
vient à moi.
Certes, personne n’a jamais vu le Père,
sinon celui qui vient de Dieu :
celui- là seul a vu le Père.
Amen, amen, je vous le dis :
il a la vie éternelle, celui qui croit.
Moi, je suis le pain de la vie.
Au désert, vos pères ont mangé la manne,
et ils sont morts ;
mais le pain qui descend du ciel
est tel que celui qui en mange ne mourra pas.
Moi, je suis le pain vivant,
qui est descendu du ciel :
si quelqu’un mange de ce pain,
il vivra éternellement.
Le pain que je donnerai, c’est ma chair,
donnée pour la vie du monde. »

 

 

Commentaire de l'Évangile

 

Découvrir Dieu

 

 

I - En continuant son discours du « pain de vie » Jésus franchit aujourd’hui une étape supplémentaire. Il affirme que le pain vivant, qu’il est lui-même et qu’il donne, c’est sa chair, donnée pour la vie du monde. Il annonce déjà ce qu’il dira lors de son dernier repas : « ceci est mon corps, livré pour vous. » Le don que Jésus nous fait n’est pas virtuel ; ce n’est pas une belle idée ou un beau sentiment. Jésus va jusqu’à se donner totalement, physiquement, à nous. Il s’agit de mesurer et de contempler l’ampleur inouïe de ce don ! Beaucoup d’entre nous, depuis plusieurs semaines, sont privés de ce don immense, dans sa forme sacramentelle, de l’Eucharistie. Espérons et prions pour que nous puissions goûter bien vite à cette nourriture vitale ; mais en attendant, n’est-ce pas l’occasion, dans ce temps de privation, de contempler à nouveau ce don si grand auquel nous nous sommes peut-être trop habitués ?

 

Évangile commenté par le Père Alain de Boudemange

 

 

II - Après la parenthèse d’hier, nous reprenons l’enseignement de Jésus sur le pain de la vie, le pain vivant. Il est clair maintenant que c’est lui-même Jésus qui est ce pain et qu’il se donne en nourriture pour notre salut. Il nous apprend également qu’il vient de Dieu et c’est par lui seul que nous pouvons accéder au Père. Il est donc véritablement le chemin qui mène au Père. Pour cela, le moyen qui nous est offert est la foi en lui l’envoyé du Père. Oui, il a la vie éternelle, celui qui croît que Jésus vient d’auprès du Père, qu’il est le Fils unique qui, pour nous, a donné son corps en nourriture. C’est lui qui nous ressuscitera au dernier jour. Aujourd’hui plus que jamais, malgré le confinement et les différentes contrariétés ou situations que nous vivons en église ou dans la société, gardons toujours un ardent désir de participer au banquet de l’eucharistie où Jésus se donne à nous. C’est un vrai gage de vie éternelle pour tous ceux et celles qui croient en lui qui est vivant, lui qui choisit toujours la vie et mieux la vie éternelle pour ses amis que nous sommes. Aussi, c’est l’occasion de nous situer par rapport à l’eucharistie.

 

Évangile commenté par le Père Gilbert Biaye 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rechercher

Articles Récents