Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 14:06
DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2020, 106ème JOURNÉE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ - " L'HOSPITALITÉ EST À LA PORTÉE DE TOUS "
DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2020, 106ème JOURNÉE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ - " L'HOSPITALITÉ EST À LA PORTÉE DE TOUS "

 

Lien vers l'article paru sur le blog de la paroisse le 18 septembre 2020 : " LA 106ème JOURNÉE MONDIALE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ " :  

 

 

" L'HOSPITALITÉ EST À LA PORTÉE DE TOUS "

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2020, 106ème JOURNÉE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ - " L'HOSPITALITÉ EST À LA PORTÉE DE TOUS "

Propos recueillis par Florence Chatel

À l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, dimanche 27 septembre 2020, Antoine Paumard, jésuite, directeur de JRS France (Jesuit Refugee Service), nous invite à pratiquer l’hospitalité avec une joyeuse créativité.

 

Comment pratiquer l’hospitalité envers les personnes migrantes ?

Spontanément, on associe l’hospitalité au fait d’ouvrir sa porte. Plus globalement, l’hospitalité (1) désigne une posture bienfaisante. On parle ainsi de l’hospitalité d’un visage. Je crois qu’il peut y avoir une manière un peu culpabilisante de parler de l’hospitalité et chacun doit faire selon ses forces. Certains ne se sentent pas capables d’ouvrir leur porte à un étranger. Souvent, on peut les rassurer en leur montrant qu’il y a d’autres manières de vivre l’hospitalité évangélique qui ne demande pas forcément d’accueillir quelqu’un chez soi. Beaucoup de petits gestes peuvent précéder l’accueil chez soi. Ils créent un réseau d’hospitalité ou de fraternité (2).

 

Quels sont ces petits gestes ?

Dans son message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2020, le pape François parle de « nous rendre leurs prochains » comme le bon Samaritain dans la parabole. Cette expression est intéressante. Comment est-ce que je me fais le prochain de quelqu’un ? Par un sourire, une aumône, des maraudes, une manière de me poser et de parler à une personne dans la rue ou dans les transports en commun… Il y a toute une gamme de petits gestes qui sont fondamentaux pour changer la société.

 

Quels sont les freins à l’hospitalité ?

Aujourd’hui, la crise sanitaire va à l’encontre de ces gestes d’ouverture. Je pense qu’il est important de se demander comment les gestes barrières peuvent me fermer à l’hospitalité, et comment l’éviter. Au tout début, quand je portais le masque, j’avais le regard rivé au sol. Peu à peu, j’ai relevé la tête et commencé à regarder autour de moi. Nous pouvons tous faire ce choix de ne pas fuir du regard. Paradoxalement, le port du masque nous invite à regarder les gens dans les yeux. J’ai vécu ainsi de très beaux échanges de regard, intenses, qui m’ont beaucoup surpris. Quand nous nous asseyons dans une église pour la messe, nous pouvons faire un petit geste de la main ou de la tête aux personnes assises à côté pour leur signifier que nous les avons vues… Cela peut sembler naïf, mais je crois qu’il s’agit de prendre de vraies décisions intérieures pour préserver un esprit d’ouverture et d’hospitalité.

 

Comment les personnes de votre réseau d’accueil JRS Welcome vivent-elles la pandémie ?

En toute franchise, quand le confinement a été instauré, je me suis dit que c’était la fin de JRS Welcome, notre réseau d’accueil. Mais c’est l’inverse qui s’est produit. Nous comptons 1 700 à 2 000 familles d’accueil et nous accueillons 250 à 300 personnes en ce moment. Les accueillants ont pris conscience que leur monde pouvait se refermer. Étonnamment, cette crise sanitaire les a motivés encore plus pour accueillir chez eux un demandeur d’asile ou un réfugié. C’est une bonne nouvelle car dans la situation actuelle, cet accueil est vital pour les migrants qui sont encore plus perçus comme des personnes menaçantes par la société en général. Or, être accueillis dans une famille, une colocation, une communauté religieuse, est un levier profond pour leur intégration. Comment peut-on se sentir d’un pays si l’on n’est jamais entré chez les habitants de ce pays, si l’on n’en connaît que les centres d’hébergement d’urgence ? On ne peut pas se préparer à l’intégration dans ces conditions-là.

 

Quel texte de la Bible vous parle plus particulièrement d’hospitalité ?

La Visitation (3). Marie parcourt plusieurs kilomètres pour partager sa joie avec sa cousine Élisabeth. Ces deux femmes qui se connaissent sont transformées par leur maternité en germe. Je crois que l’accueil de l’autre permet de se découvrir soi-même. Dans ma communauté, nous avons accueilli deux personnes qui ne parlaient pas encore bien français. Nous nous étions mis d’accord pour que tous les jours l’un de nous ait une conversation avec l’un ou l’autre. Certains compagnons non francophones qui apprenaient le français se sont tout à coup retrouvés en position de professeur. Cela les a beaucoup encouragés. Je pense encore à un Iranien qui est resté avec nous pendant tout le confinement. Il avait exercé plusieurs petits boulots, dont celui de professeur de fitness. Tous les deux ou trois jours, il invitait toute la communauté à faire des exercices. Grâce à lui, nous nous sommes rendu compte que notre communauté était un corps sportif !

 

Jésus lui-même a compris au fur et à mesure que l’étranger faisait partie de sa mission. Est-ce une invitation pour tout chrétien à faire de même ?

Dans la lettre aux Hébreux (chapitre 13), il est écrit : « N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges. » Cette hospitalité peut être offerte à une personne âgée, une personne de la rue ou en situation de handicap, un étranger. Parfois, il est plus difficile d’accueillir à déjeuner une cousine que l’on n’aime pas qu’un demandeur d’asile pendant six semaines. Il y aurait un risque de réserver l’hospitalité à l’accueil de l’étranger. En revanche, pourquoi est-il important d’accueillir l’étranger ? Parce que cela nous sort d’une forme de confort et vient interroger les moments où nous ouvrons notre porte sans être hospitaliers, où nous accueillons par convenance, devoir ou politesse. Les migrants nous appellent à une vigilance dans l’accueil de chacun, y compris dans notre propre famille. De la même façon que nous disons au moment du Notre Père « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés », nous pourrions demander : « Accueille-nous comme nous accueillons celui qui nous est le plus étranger. »

 

Accueillir l’étranger et accueillir Dieu seraient donc liés ?

Oui, l’accueil du plus étranger, dans l’effort et le dépouillement qu’il nécessite, dit quelque chose de notre ouverture à Dieu. Au début de son message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2020, le pape François rappelle l’épisode de la fuite en Égypte quand Marie et Joseph ont fui avec Jésus les persécutions d’Hérode… Cette image est puissante. Quand nous accueillons l’étranger, nous accueillons le Christ. Il est présent en chacune des personnes, mais en particulier dans ceux qui fuient, ceux qui ont faim… Il nous est donc demandé de faire preuve d’une ouverture et d’un amour plus grands que vis-à-vis de ceux qui nous ressemblent. Quand nous acceptons de faire ce pas, nous nous conformons au Christ et nous apprenons qui il est. Nous agrandissons notre connaissance de Dieu.

 

(1) Hospitalité - "J’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ». Cette phrase de l’évangile de Matthieu (Mt 25, 43) résume la tonalité de l’hospitalité : accueillir, ouvrir sa porte et son cœur, surmonter sa peur, se mettre en quatre pour l’autre, au risque d’y perdre la vie… Pratiquer l’hospitalité, nous dit la Bible, c’est faire preuve de la plus haute humanité. L’hospitalité est un exercice délicat qui implique bonté, discernement et attitude juste.

 

(2) Fraternité - La fraternité ou l’amitié fraternelle est d'abord l'expression du lien affectif qui unit une fratrie. Elle évoque un sentiment d'appartenance à une commune humanité. Un lien qui peut être fragile si l'on en croit les rivalités fraternelles qui jalonnent la Bible, mais aussi un lien puissant de solidarité et d'amitié qui unit deux ou plusieurs personnes pour défendre un idéal communautaire fondé sur le respect de chaque individu. Jésus a instauré un nouveau type de fraternité qui exige une solidarité qui peut aller jusqu'au don de sa vie, et bouscule les hiérarchies sociales. 

 

(3) La Visitation, c’est la visite de Marie à sa cousine Elisabeth peu après qu’elle a accepté de donner naissance à Jésus. Inspirée par l’Esprit saint, Elisabeth, enceinte de Jean Baptiste alors qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant, reconnaît en Marie "la mère de son Seigneur". C’est à ce moment que Marie prononce son Magnificat.

PRIÈRE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA JOURNÉE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ :

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2020, 106ème JOURNÉE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ - " L'HOSPITALITÉ EST À LA PORTÉE DE TOUS "
Partager cet article
Repost0

commentaires

Rechercher

Articles Récents

  • 40 ans après l’attentat contre Jean-Paul II
    Audience Générale, Pape François, S. Jean-Paul II Jean-Paul II © L'Osservatore Romano 40 ans après l’attentat contre Jean-Paul II, le pape François fait mémoire « Dans les mains de Dieu » 13 mai 2021 11:04 Anne Kurian Quarante ans après l’attentat subi...
  • « Le bon combat »
    Pape François L'Ascension du Christ, Giotto, Chapelle des Scrovegni, Padoue (Italie) © DR « Le bon combat », tweet du pape pour l’Ascension La mission que Dieu nous confie 13 mai 2021 19:39 « La solennité de l’Ascension dirige notre regard vers le haut,...
  • Pèlerinage Personnes Malades Handicapée2021
    - 11.07.2021_-_affiche_pelerinage_des_personnes_malades_et_handicapees_a_bon_encontre.pdf
  • La fin de vie est une étape importante de la vie !
    Tout est lié: le chemin d'une écologie intégrale. Soins palliatifs et écologie intégrale : Anne-Marie Aitken, Xavière, bénévole au sein de la maison médicale Jeanne Garnier n’a pas tout de suite vu le lien. À l’occasion de cet entretien, elle a relu son...
  • « Si vous voulez être heureux, rendez quelqu’un heureux »
    Baptême d'enfants dans la chapelle Sixtine, 12 janvier 2020 © Vatican Media Lectures de dimanche : « Si vous voulez être heureux, rendez quelqu’un heureux » La vocation chrétienne, c’est être choisi mai 07, 2021 12:37 Mgr Francesco Follo « La vocation...
  • Migrants et réfugiés : « SURMONTER NOS PEURS », invite le pape
    « Transformer les frontières en lieux de rencontre » mai 06, 2021 11:30 Anne Kurian-Montabone « Nous ne devons pas avoir peur de rêver et de le faire ensemble comme une seule humanité », écrit le pape François dans son message pour la 107ème Journée mondiale...
  • Mois de mai, mois de Marie : une coutume récente ?
    Depuis quand dit-on que le mois de mai est dédié à l’intercession de la Vierge Marie ? Le père Renaud Saliba, recteur du sanctuaire de Pontmain lieu d’une apparition mariale datant de 1871 dans le diocèse de Laval, nous apporte quelques explications sur...
  • Journée des CHRÉTIENS d'ORIENT
    Journée des CHRÉTIENS d'ORIENT
  • 30 jours du marathon de prière contre la pandémie.
    Le pape François a décidé de consacrer le mois de mai à un « marathon de prière » afin de demander à Dieu la fin de la pandémie. Cette chaine de prière relie trente sanctuaires différents à travers le monde. Chaque jour du mois de mai un sanctuaire marial...
  • Voici comment participer au « marathon de prière » du pape François
    Voici comment participer au « marathon de prière » du pape François Antoine Mekary | Agnès Pinard Legry - Publié le 30/04/21 Le pape François lancera ce samedi 1er mai un marathon de prière afin de demander à Dieu la fin de la pandémie. Il doit durer...