Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 18:31

Le COMITE PALESTINE 47 AFPS  vous invite à la projection du film

" ROUTE 60, un itinéraire au delà des frontières"  

en présence de son réalisateur israélo palestinien  Alaa ASHKAR  


le Jeudi   27    février à 20h30 au Cinema L'Utopie à Sainte Livrade                         

le Vendredi 28 février à 20h30.  au Cinéma Les Montreurs d'images à AGEN

 

 Lors de chacune des deux soirées , la projection sera suivie d'un débat avec le réalisateur

 

 Ce film est soutenu par La Ligue des droits de l’homme, Amnesty France, leCCFD Terre Solidaire et l’association France Palestine Solidarité 

 

"Un périple poétique dans la vie quotidienne des Palestiniens, en Cisjordanie,la rencontre de rêves et de passions, de l’espoir et du désespoir. Pour lapremière fois de ma vie de Palestinien citoyen d’Israël, je suis parti pour incarner l’expérience de l’occupation qui, tout au long de ma jeunesse, fut dénaturée"… 

 

Citoyen israélien, Palestinien de Galilée, Alaa Ashkar, 34 ans, après avoir étudié à Sciences-Po et beaucoup voyagé dans le monde, se pose des questions sur son identité. Son éducation à l’école israélo-arabe, la politique de peur instillée par l’Etat d’Israël au sein de sa population, les pressions de la société israélienne, ont façonné sa vison des territoires occupés, lui ont appris à se défier des Palestiniens de Cisjordanie. Il décide d’aller voir par lui-même. Pour cela, il nous conduit sur la Route 60 qui traverse du nord au sud la Cisjordanie et nous fait partager ces rencontres. ..On constate ainsi à quel point l’occupation pèse non seulement sur l’économie de la Cisjordanie mais aussi sur tous les habitants dont la vie est conditionnée par cette restriction des mouvements, des libertés, des rêves et des ambitions. A travers ces belles rencontres et ces témoignages pleins de bon sens et de dignité,d’un berger, d’une chrétienne de Bethléem, d’une commerçante d’Hébron,d’adolescents, on mesure le désespoir plus ou moins caché des Palestiniens.

 

On ne sait pas vraiment si Alaa Ashkar s’est réconcilié avec son identité de Palestinien d’Israël, mais il nous dit : « A travers des rencontres privilégiées avec des lieux et des Palestiniens ordinaires, je traite de la question des barrières psychologiques causées par de pesantes réalités, et je médite sur leurs conséquences sur l’être humain – où qu’il se trouve. Ainsi, les barrières et checkpointsen Cisjordanie deviennent-ils la métaphore de toute aliénation psychologique. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paroisse.saintemarieenagenais - dans à noter sur vos agendas
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Articles Récents