Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 19:24
Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 23:28
Marie, Marthe et Lazare : la famille, ou « la grandeur de ce qui est petit »
 

Marcelo Figueiroa, capture @ TV2000

Marie, Marthe et Lazare : la famille, ou « la grandeur de ce qui est petit »

L’Osservatore Romano consacre 2 pages aux « saints de Béthanie »

Jésus n’a pas craint, « sur son chemin vers le salut universel, d’être proche d’une famille aimée et petite comme celle de Marie, Marthe et Lazare » : d’où l’invitation à « retrouver la grandeur de ce qui est petit ». Jésus, recherchait la « proximité de la vie quotidienne avec cette famille qu’il aimait tant »: sur les deux pages consacrées aux nouveaux « saints de Béthanie », Marthe, Marie et Lazare, par L’Osservatore Romano en italien du 13 février 2021, Marcelo Figueroa signe un article dans lequel il souligne l’expérience qu’a faite Jésus « de l’esprit de famille et de l’amitié ».

Rédacteur en chef de l’édition argentine de L’Osservatore Romano, lancée en 2017, Marcelo Figueroa est un presbytérien argentin, bibliste, ami du pape François.

En cette période de pandémie planétaire, l’auteur invite à accepter la tension entre la « fraternité » mondiale et la « famille », les « proches » qui représentent « ce qui est tangible, quotidien et familier » ; entre le « regard universel », et celui, « incontournable », qui se concentre « sur ce qui se passe dans mon village, ma famille, ma communauté ».

Rappelons que, depuis le 2 février dernier, Marthe, Marie et Lazare, qui ont accueilli Jésus chez eux à Béthanie, sont désormais inscrits au Calendrier romain général, pour être célébrés dans toute l’Eglise le 29 juillet.

Dans un décret publié le 2 février 2021, le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le cardinal Robert Sarah, explique que « dans la maison de Béthanie, le Seigneur Jésus a fait l’expérience de l’esprit de famille et de l’amitié » : « Marthe lui offrit généreusement l’hospitalité, Marie écouta attentivement ses paroles et Lazare sortit rapidement du tombeau sur l’ordre de Celui qui a humilié la mort. »

Voici notre traduction de l’article de Marcelo Figueroa.

HG

La grandeur de ce qui est petit

Voir l’universel sans perdre de vue le familier. Éprouver de la compassion pour le monde sans négliger la miséricorde pour vos proches. Équilibrer la tension entre la fraternité en tant que prochain et la famille parce qu’elle est proche. Traverser ce temps de pandémie tenus par la main par un Christ incarné, symbole d’une humanité complète, comprenant son kairos d’amour infini pour la faiblesse individuelle. Avoir la capacité d’examiner l’histoire actuelle à la lumière des événements dramatiques vécus, sans perdre la grandeur de s’arrêter sur ce qui est petit, comme un instant infini. Une goutte d’éternité dans une espace petit et proche au milieu d’une mer fouettée par une tempête inattendue et planétaire.

Le 26 janvier dernier, en la mémoire liturgique des saints évêques Timothée et Tite, le cardinal Robert Sarah et l’archevêque Arthur Roche, respectivement préfet et secrétaire de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, ont signé un décret de modification dans le Calendrier romain général concernant la date du 29 juillet, qui célèbrera à partir de cette année les saints Marthe, Marie et Lazare. Le décret rappelle que « dans la maison de Béthanie, le Seigneur Jésus a fait l’expérience de l’esprit de famille et de l’amitié de Marthe, Marie et Lazare ; c’est pour cette raison que l’évangile de Jean affirme qu’il les aimait ». Puis il ajoute : « Marthe lui offrit généreusement l’hospitalité, Marie écouta docilement ses paroles et Lazare sortit promptement du tombeau sur l’ordre de celui qui a humilié la mort ». Et il conclut : En accueillant la proposition de ce Dicastère, le souverain pontife François a établi que figure dans le Calendrier romain la mémoire des saints Marthe, Marie et Lazare le 29 juillet ».

Dans cette histoire évangélique johannique, on perçoit comme rarement ailleurs, la tension entre les opposés dans les temps qui précèdent le chemin de la passion, de la mort et de la résurrection de Jésus. Le Seigneur se dirigeait vers Béthanie, tout en sachant qu’il s’exposait ainsi à une accélération du processus final déjà orchestré par le Sanhédrin, qui cherchait seulement une opportunité pour le mettre en œuvre. Dans une certaine mesure, percevant cette dangereuse tension, certains de ses disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? » (Jean, 11, 8). Il apparaît clairement, dans la réponse énigmatique de Jésus, que sa vision des temps et des événements ne coïncidaient pas avec la leur : « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui ». Il s’exprima ainsi, puis il leur dit : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil » (ibid. 11, 9-11). De la même façon, on en déduit que, pour Jésus, le voyage pédagogique qui devait conduire à la résurrection de son ami Lazare était nécessaire pour témoigner de son pouvoir sur la mort et sur ses temps, mais également pour accélérer définitivement sa fin : « A partir de ce jour-là, ils décidèrent [le Sanhédrin] de le tuer » (ibid., 11, 53). Sa victoire sur la tension entre la vie, la mort et ses temps chronologiques et infinis était l’élan qui dépassait la tension des opposés. « Je suis la résurrection et la vie ; qui croit en moi, même s’il meurt, vivra » (ibid., 11, 25).

Dans son récent message pour la XXVème Journée mondiale de la vie consacrée, le pape François a affirmé : « J’aime évoquer Romano Guardini qui disait : la patience est une façon dont Dieu répond à notre faiblesse, pour nous donner le temps de changer ». Avec ce voyage inattendu, dangereux et apparemment inopportun et inutile, Jésus désirait donner également une leçon de patience, en raison de leur faiblesse, à ses disciples, pour qui cette tension était insupportable. C’est la même impatience qu’ont éprouvé auparavant Marthe, puis Marie lorsqu’elles accueillirent Jésus après la mort de son ami : « si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ! » (Jean, 11, 21 et 32). Jésus aussi désirait passer un temps de guérison, dans la proximité de la vie quotidienne avec cette famille qu’il aimait tant. La maison de Marie, Marthe et Lazare était pour le Seigneur un lieu accueillant, avec le parfum des villages et la saveur de l’amitié paysanne. Jésus, qui allait se lancer dans un univers infini, après son passage dans la majestueuse Jérusalem, ne se priva pas, même en cette circonstance du temps nécessaire pour visiter ces périphéries paysannes qui faisaient partie de lui et qu’il aimait.

Suivant l’œuvre et la pensée de Guardini, Der Gegensatz développe la signification profonde de l’importance de la tension des opposés. Opposés qui, loin d’être un problème, représentent une solution qui va au-delà de tout raidissement d’une vision binaire et hégémonique de la réalité théologique, sociale et anthropologique. Parce que cette vision statique et unipolaire paralyse, obnubile la pensée et ne laisse pas de place à l’action rénovatrice de Dieu. Guardini soutenait ceci : « Nous ne pouvons pas accepter que se consolide une société duelle ». En ce sens, nous pourrions dire que s’applique également la devise de l’Hypérion de Hölderlin : « Ne pas mettre de limite à ce qui est grand, mais se concentrer sur ce qui est petit ».

Il convient de regarder la pandémie mondiale avec un regard universel. Et de constater l’inégalité de l’accès aux services sanitaires pour les pays et continents pauvres et maintenant la scandaleuse asymétrie dans la disponibilité des vaccins sur la base des possibilités économiques de chaque Etat singulier. Mais il faut également « tendre l’arc » des opposés pour se rapporter à ce qui est petit et qui, précisément, représentant ce qui est tangible, quotidien et familier, assume une dimension de cicatrisation de la situation dans une optique chrétienne. C’est pourquoi se concentrer sur ce qui se passe dans mon village, ma famille, ma communauté, représente un regard incontournable que, comme pour certains disciples de Jésus, beaucoup ne comprendront pas. Nous avons besoin de patience pour regarder le quotidien, ce qui est proche et familier, la patience qui peut transformer notre être faible en conversion spirituelle pour Jésus, Seigneur du temps et de l’histoire. Naturellement, nous ne devons pas oublier qu’en harmonie avec notre catholicité spirituelle, la limite est l’humanité tout entière et la justice intégrale, à la lumière de l’herméneutique du royaume de Dieu et de sa justice. Mais en ce moment, il est aussi important de retrouver la grandeur de ce qui est petit, comme le fit Jésus qui ne négligea pas, sur son chemin vers le salut universel, d’être proche d’une famille aimée et petite comme celle de Marie, Marthe et Lazare.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 23:20
Accueillir le Pardon du Seigneur avec Bartimée pendant le Carême du 17 février au 4 avril 2021
 
Le temps fort Festi'Pardon du 6 mars 2021 est annulé en raison de la crise sanitaire.
 
En remplacement, proposition pour le temps du Carême : Accueillir le Pardon du Seigneur avec Bartimée.

Télécharger
-  Préparation au sacrement de réconciliation pour les enfants
-  Préparation au sacrement de réconciliation pour les animateurs
-  Cartes Bartimée à remettre dans l'ordre
-  Partition : Je ne fais pas le bien que je voudrais
Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 22:50

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 22:47
CCFD : Mercredi des cendres

Publié le 16 Février 2021

CCFD : Mercredi des cendres

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 11:06
Pendant le carême, apprenons à aimer à distance

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 10:48
Il semblerait que le Carême approche. Un seul mot d'ordre :  "Heureux l'homme dont la faute est enlevée et le péché remis" (Psaume 31). 
 
Regardons le péché en face, notre péché en face afin d'accueillir la grâce du pardon qui nous permettra de le combattre.
Avec ThéoDom, ne laissons pas passer le carême 2021 ! N’attendons pas la Semaine Sainte pour profiter de ce temps de conversion. Inscrivez-vous pour recevoir les vidéos de cette nouvelle série : http://bit.ly/2NQHsoq
 
Si cette vidéo nous a plus, allons beaucoup plus loin à partir du 17 février :
 
 
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 18:45

TAIZE, Mesage 2021 du frère AloIs

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Prière de Taizé - 9 mai 2020 - L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal |  L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Un message pour 2021

L’humanité avance grâce à celles et ceux, si nombreux, qui se donnent sans compter, même dans ce temps de bouleversements et d’incertitudes.Au long des derniers mois, des jeunes nous ont fait part de leur inquiétude face à l’avenir: quel espoir va nous orienter, quels sont les appuis fiables quand tout est si instable? Encore plus profondément: pour quel but vaut-il la peine de vivre? D’autres voix se lèvent pour dire: résistons au désenchantement; soyons attentifs aux signes d’espérance. (1)

(1) Pour réagir à ce message pour 2021, nous invitons les jeunes de 15 à 35 ans à l’illustrer d’exemples concrets. Quelles initiatives ou quelles personnes sont pour moi un signe d’espérance? Au cours des prochains mois, ces réactions seront publiées sous divers formats: textes, vidéos, podcasts... Écrivez-nous à l’adresse solidarity@taize.fr.           Taizé avril 2020 reporté pour écarter le Covid-19

Être attentifs aux signes d’espérance.Dans la situation actuelle marquée par la pandémie, nous assistons à une progression de la précarité dans de vastes parties du monde. Des décisions politiques courageuses sont nécessaires, mais la solidarité et l’amitié sociale que tous nous pouvons vivre sont tout aussi indispensables. Beaucoup sont prêts à se mettre au service des autres. Leur générosité nous rappelle que l’entraide ouvre un chemin pour l’avenir.Et combien de jeunes investissent leurs énergies pour la sauvegarde de notre maison commune qu’est la planète! On voit éclore de multiples initiatives qui, sans apporter toutes les réponses à l’urgence climatique, permettent déjà d’avancer vers des modes de vie plus respectueux de l’environnement. (2) Pour ceux qui sont croyants, la terre est un don que Dieu nous confie pour que nous en prenions soin.La conscience des structures d’injustices, parfois héritées de l’histoire, s’est beaucoup accrue.Et le pouvoir n’est hélas pas toujours exercé au service du bien de tous. Devant ces dérives, la frustration et la colère sont compréhensibles. Qui aura l’audace d’être artisan de justice et de paix, au-delà des clivages dans nos sociétés?(2) Dans la lutte contre le dérèglement climatique et pour la réduction des émissions de carbone, saurons-nous interroger nos pratiques pour changer ce qui peut l’être? Des communautés chrétiennes participent à cet effort: des initiatives œcuméniques existent, comme le réseau des «Églises vertes», dans différents pays du monde. Déjà en 1989, les Églises d’Europe réunies à Bâle appelaient à «adopter un style de vie qui soit le moins nocif possible pour l’environnement: cela signifie entre autres la réduction de la consommation d’énergie, l’utilisation des transports publics et la limitation des déchets.» À Taizé, nous poursuivons nos efforts vers la transition écologique pour y aider, toutes les propositions sont les bienvenues (www.taize.fr/eco).

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Vivre la fraternité. Oui, au milieu des difficiles réalités de la période actuelle, il est possible de percevoir des raisons d’espérer, et même parfois d’espérer contre toute espérance. Pour cela, mettons-nous ensemble avec celles et ceux qui ont des options de vie différentes, avec des chrétiens d’autres confessions, avec des croyants d’autres religions, avec des personnes agnostiques ou athées qui, elles aussi, s’engagent pour la fraternité et le partage.La joie se renouvelle quand nous vivons la fraternité, quand nous nous faisons proches des plus démunis: des personnes n’ayant pas d’abri, des personnes âgées, malades ou isolées, des enfants en difficulté, des personnes ayant un handicap, des migrants... Les circonstances de la vie peuvent tous nous rendre vulnérables. Et la pandémie révèle les fragilités de notre humanité.Plus que jamais, nous avons besoin les uns des autres. Le pape François nous le rappelle avec force dans sa lettre encyclique Fratelli tutti: «Personne ne se sauve tout seul». Et il ajoute qu’on ne trouve pas pleinement son identité sans une ouverture «à l’universel, sans se laisser interpeller par ce qui se passe ailleurs, sans se laisser enrichir par d’autres cultures ou sans se solidariser avec les drames des autres peuples.» (§32 et §146). Dans les relations entre personnes comme entre peuples, faisons tout notre possible pour passer de la compétition à la coopération. Soutenons les organismes ou les associations qui promeuvent la coopération et la solidarité, au niveau local, national et international.Croire faire confiance à une présence. À Taizé, nous constatons que des jeunes, pour garder le cap, s’interrogent de manière nouvelle sur la foi en Dieu. Que veut dire croire en lui? Et, si Dieu existe, agit-il dans l’histoire, dans nos vies?Devant cette interrogation, évitons de nous représenter Dieu en le réduisant à nos concepts. Il dépasse infiniment tout ce que nous pouvons imaginer. Nous sommes des chercheurs et des chercheuses assoiffés d’amour et de vérité. Où que nous en soyons de notre pèlerinage intérieur, tous nous avançons souvent à tâtons. Mais, devenant «pèlerins de confiance», il nous est possible de marcher ensemble, de partager notre recherche: nos questions tout autant que nos convictions.«La foi est une confiance toute simple en Dieu, un élan de confiance mille fois repris au cours de notre vie... même si en chacun il peut y avoir aussi des doutes», disait frère Roger.Croire, n’est-ce pas d’abord faire confiance à une présence qui est à la fois au tréfonds de notre être et dans tout l’univers, insaisissable et pourtant bien réelle? Présence qui ne s’impose pas, mais qu’à tout moment nous pouvons accueillir à nouveau, dans le silence, comme une respiration. Présence bienveillante qui est toujours là, malgré les doutes et même si nous avons l’impression de ne comprendre que très peu qui est Dieu.Discerner un nouvel horizon. Une présence bienveillante quel éclairage l’Évangile donne-t-il sur ce mystère?Jésus a vécu de cette présence bienveillante jusqu’au bout, il y était constamment attentif. Elle était pour lui lumière intérieure, souffle de Dieu, inspiration de l’Esprit Saint...

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Du plus profond de la souffrance et de la solitude absolue, au moment où il meurt sur la croix, quand tout semble absurde, il crie son sentiment d’abandon, mais en s’adressant encore à Dieu: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?» Trahi, torturé, condamné à mort, dans les ténèbres les plus profondes il introduit l’amour. Et cet amour se montre plus fort que le mal. Marie Madeleine puis les apôtres communiquent cette nouvelle inattendue, invraisemblable: il est vivant, l’amour de Dieu a vaincu la haine et la mort.Saisis par cette nouvelle, les premiers chrétiens sont bouleversés et ils en témoignent: le Christ vit désormais auprès de Dieu. Il emplit l’univers par l’Esprit Saint, et il est aussi présent en chaque être humain. Il est solidaire avec les pauvres et leur rendra justice, il est l’accomplissement de l’histoire et de la création, et il nous accueillera après la mort dans la plénitude de la joie.Au-delà de la violence humaine, au-delà des catastrophes environnementales et des maladies, un nouvel horizon est ouvert. Saurons-nous le discerner?Changer notre regard.

À partir de cet horizon dévoilé par la résurrection du Christ, une lumière entre dans nos existences. Toujours à nouveau, elle chasse l’ombre de la peur, elle fait jaillir une source, elle fait éclater la joie de la louange.Alors nous pouvons pressentir que, secrètement, comme par une attraction mystérieuse, le Christ continue jusqu’à la fin des temps à rassembler dans l’amour de Dieu toute l’humanité et l’univers entier. Et il nous associe à sa mission.C’est ensemble, en Église, qu’il nous y associe. Cela implique que nous soyons prêts à élargir notre amitié à tous. Le Christ nous demande d’aimer même nos ennemis; sa paix réconcilie même des nations opposées. (3)(3) Dans ces temps difficiles de la pandémie, l’Église peut continuer à promouvoir la fraternité dans la famille humaine. Trois suggestions parmi beaucoup d’autres:Pour rendre nos sociétés plus humaines, nous avons besoin d’une écoute mutuelle qui aille à l’encontre des antagonismes et nous apprenne à cheminer ensemble avec nos différences. L’Église est appelée à chercher le dialogue, à sortir à la rencontre de tous. Celles et ceux qui vivent sans référence à une communauté chrétienne seraient-ils prêts, eux aussi, à entrer en dialogue avec l’Église?Devant l’arrivée de tant de migrants et de réfugiés, accueillir une personne ou une famille exilée peut donner un élan à nos paroisses ou communautés. Souvent, des personnes qui ne fréquentent pas l’Église sont prêtes à participer à un tel accueil. C’est l’expérience que nous avons faite à Taizé, ces dernières années, en accueillant des migrants de plusieurs pays, ensemble avec des habitants de notre région immédiate.Être un lieu accueillant implique d’être à l’écoute des personnes les plus vulnérables. En beaucoup d’endroits, les Églises doivent faire des progrès pour protéger l’intégrité de tous. Parfois se sont développées en leur sein des structures de pouvoir ayant engendré des souffrances physiques, psychiques et spirituelles. À Taizé aussi, nous continuons à ce sujet notre travail de vérité (www.taize.fr/protection).

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé 

Laissons le Christ renouveler notre regard: par lui nous reconnaissons plus clairement la dignité de chaque être humain et la beauté de la création; l’espérance, loin d’être une confiance naïve, naît et renaît car elle est fondée sur le Christ; une joie sereine nous emplit et avec elle le courage d’assumer les responsabilités que Dieu nous confie sur la terre.Avec chacun et chacune de ceux qui voudront se laisser interroger par ce message, je suis en communion par la prière.Frère Alois

Taizé (Saône-et-Loire) — Wikipédia

Jésus le Christ, nous te louons pour ta bonté et pour ta simplicité. C’est à travers ton humilité que la lumière de Dieu a brillé au cours de ta vie. Cette lumière brille aujourd’hui dans nos cœurs. Elle peut guérir nos blessures, et même transformer nos fragilités et nos incertitudes en lieux de source, en énergie créatrice, en don de confiance. En nous éclairant par cette lumière de Dieu, tu nous donnes d’espérer à temps et à contretemps.Quelques textes bibliques pour approfondir la réflexion Marie chantait avec ces mots: «Dieu a renversé les puissants de leurs trônes et il a élevé les humiliés au premier rang. (...) Il a renvoyé les riches les mains vides.» (Lire Luc 1,46-56)Marie, mère de Jésus, savait unir l’amour et la tendresse avec l’espérance brûlante d’un renversement radical.Jésus dit: «Celui qui doit vous venir en aide, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.» (Lire Jean 14,15-31)Jésus ne nous laisse pas seuls. Avant sa mort, il a assuré ses disciples de sa présence pour toujours, par l’Esprit Saint. Celui-ci vit en nous, il nous console, nous soutient et nous inspire pour vivre à la suite du Christ Jésus, jour après jour.«Que les cieux se réjouissent, que la terre crie de joie, que la mer mugisse, et tout ce qu’elle contient! Que la campagne soit en fête, et tout ce qui s’y trouve! Que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie devant le Seigneur, car il vient, il vient pour rendre la justice sur la terre.» (Lire le Psaume96)Beaucoup de psaumes invitent à louer Dieu. Les humains ne sont pas seuls à le chanter, la création toute entière y participe. Nous ne voulons pas seulement la protéger parce que nous avons besoin d’elle pour exister, mais parce que nous en faisons partie et que le beau projet de Dieu s’étend à tout ce qui vit.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 21:41

Ce 1° décembre, nous célébrons la fête du Bienheureux Charles de Foucauld:

Citations, méditations et prières à partager (dans le Pèlerin)

Le Pèlerin

Les 10 plus belles citations de Charles de Foucauld

Les 10 plus belles citations de Charles de Foucauld

©photobyevgeniya/ stock.adobe.com
 

“La pauvreté est avant tout le détachement de l’argent, elle consiste à avoir très peu de besoins.” Charles de Foucauld

“En tout être humain, derrière les voiles et les apparences, voir un être ineffablement sacré.” Charles de Foucauld

“Quand on aime, on voudrait parler sans cesse à l’être aimé […] la prière n’est pas autre chose.”

“Plus on aime Dieu, plus on aime les hommes.”

“La vie que je mène me va. J’y chante avec douceur le beau chant de la pauvreté.”

“Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse.”

“Tout notre être doit crier l’évangile sur les toits.”

“C’est un devoir d’amour, ne perdons pas une minute du temps que nous pouvons passer devant le Saint-sacrement.”

“Mon Père, je m’abandonne à Toi, fais de moi ce qu’il Te plaira.”

“Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu.”

À voir également sur Facebook !

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 19:00
                                                                                                                               Source Pixabay

Prier pour la création

Cet hiver l’équipe d’Église verte s’est mobilisée pour vous proposer des prières et intentions de prière quotidiennes. Inspirés par l’initiative d’A Rocha qui expédie des prières quotidiennes pour la création (inscription ici), nous vous enverrons durant 4 semaines 7 prières hebdomadaires, une par jour, afin de vivre ensemble une belle montée vers Noël dans un esprit oecuménique et écologique.
Cet envoi arrivera dans votre boîte 4 fois si vous êtes inscrit à la Lettre saisonnière d’Eglise verte ou si vous êtes dans la liste de diffusion des communautés labellisées. Si vous souhaitez en faire profiter des amis, l’inscription se fait ici.

Mardi 1er décembre

La conférence internationale de l’ONU sur le changement climatique (COP26) devait avoir lieu fin 2020 mais a été reportée à la fin  2021.  Cependant, des jeunes du monde entier ont mis en place une COP26 virtuelle fin novembre. Les jeunes et bien d’autres s’exprimeront aussi un bilan de l’Accord de Paris (2015) le 11 décembre prochain, constatant que la trajectoire actuelle nous amène loin des 1,5°C d’augmentation maximale signés à Paris. Prions pour les jeunes qui se mobilisent, à la fois effrayés par leur avenir et pleins de courage ; prions pour que les dirigeants et nous-mêmes soyons touchés avec attention et humilité par leur lucidité afin d’affronter ensemble le dérèglement climatique.        

Par Eglise verte         

Mercredi 2 décembre

« Qui discerne ses erreurs ? Pardonne-moi celles qui j’ignore. » (Psaume 19.13)

Seigneur, j’ai envie de t’honorer par ma façon de vivre dans ce monde que tu as créé. Mais parfois je ne perçois pas mes erreurs ; je préfère ne pas voir l’impact de certains de mes choix. Dans cette période de l’avent, je m’attends à toi. Fais briller ta lumière dans mon cœur, pour que je puisse mettre ma vie de plus en plus en conformité avec ce que tu es.

Par A Rocha.

Jeudi 3 décembre

Nous te prions encore de ne pas tenir compte de nos iniquités et des injustices
de ton peuple et de détourner ta colère légitime contre nous. Ne laisse pas la
faim, la soif et les autres calamités détruire ce monde, mais garde-le sauf et
montre-nous ta compassion. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié.
Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte).


Vendredi 4 décembre

Seigneur, toi qui as créé l’univers et tout ce qu’il renferme, reçois notre
pénitence et envoie à la terre, en temps opportun, la pluie dont elle a besoin, le
climat favorable, apaise la fureur des éléments, afin que la création ne souffre
pas à cause de nos péchés. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié.
Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte).


Samedi 5 décembre

Aujourd'hui, prenez un moment pour penser à ceux qui sont membres de votre conseil local ou municipal. 

Seigneur, ta Parole nous dit de prier pour ceux qui sont en position d'autorité. Je prie pour les membres de mon conseil local, afin que tu leur donnes de la sagesse lorsqu'ils discutent des décisions, qu'ils respectent ta création dans ce qu'ils font et que leur gouvernance soit conforme à ta volonté. Garde-moi fidèle dans mes prières pour eux.

Par A Rocha.


Dimanche 6 décembre

« Prête l’oreille à cela, Job, arrête-toi et considère les miracles de Dieu.  Lorsque Dieu les projette, le sais-tu ?  Sais-tu quand il fait briller la foudre dans sa nuée ?  Sais-tu l’équilibre des nuages, merveilles d’un savoir sûr ? » - Job 37.14-16 TOB

Seigneur Dieu, merci de pouvoir contempler chaque jour le ciel, qui non seulement nous émerveille mais qui nous nourrit et nous protège aussi.  Merci pour cet éclairage que tu as donné à Job : les nuages toujours changeants sont pourtant en parfait équilibre entre eux.  Merci pour ce reflet de l’équilibre ô combien complexe de toute ta création dont nous sommes bénéficiaires : nous t’en louons !  

Par A Rocha.


Lundi 7 décembre 2020

Seigneur, toi qui t’opposes aux orgueilleux, rends droites les œuvres de nos
mains, afin qu’elles ne nous nuisent pas et que les malheurs et les catastrophes
ne nous anéantissent, mais regarde notre misère avec compassion et envoie-nous
la grâce et la paix. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié. Seigneur, ne laisse
pas ta création souffrir à cause de notre rapacité et de nos iniquités, mais
préserve-la indemne malgré les injures. Nous t’en prions: exauce-nous et aie
pitié. Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte)


 
Partager cet article
Repost0

Rechercher

Articles Récents

  • VENDREDI SAINT - 02-04-2021
    VENDREDI SAINT - 02-04-2021 Après les chemins de Croix vécus dans chaque église de la Paroisse, nous nous sommes retrouvés à l'église St Julien de Terrefosse pour célébrer la Passion du Seigneur et vénérer sa Croix. Cette église dépouillée se prête particulièrement...
  • JEUDI SAINT - SAINTE CENE - 01-04-2021 - Bajamont
    C'est à 16h30, en raison du contexte sanitaire, que nous avons célébré cette année, la mémoire du dernier repas de Jésus, avant sa Passion et sa mort sur la Croix. A cause de la COVID, nous n'avons pu refaire le lavement des pieds, rappelant le don d'amour...
  • VIGILE PASCALE - Dimanche 4 avril 2021
    Merci de cliquer ci-dessus pour faire défiler les photos sur le rite du feu. Il faisait encore nuit, en ce premier jour de la semaine, quand une soixantaine de paroissiens se sont retrouvés, à 6h30, à l'église d'Artigues, pour une célébration inédite...
  • MESSE CHRISMALE - Lundi 29 mars 2021
    Cette année, la messe Chrismale a pu se dérouler le matin du lundi Saint, 29 mars, à la cathédrale Saint-Caprais d'Agen, mais, mesures sanitaires obligent, le nombre des participants était limité aux prêtres, diacres, délégués pastoraux et chefs des services...
  • MARCHE DES RAMEAUX
    Samedi 27 mars 2021 En 2020, nous avons été privés de la marche des Rameaux, à cause de la pandémie, mais cette année, elle a pu avoir lieu, sous une forme inhabituelle. Pour respecter au mieux les contraintes sanitaires actuelles, elle s'est déroulée...
  • MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LA 58émeJOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS.
    - 25.04.2021 - Affiche JMV2021 - 3.pdf Saint Joseph : le songe de la vocation. Chers frères et sœurs ! Le 8 décembre dernier, à l’occasion du 150 ème anniversaire de la proclamation de saint Joseph comme Patron de l’Église universelle, a commencé l’année...
  • 2° Dimanche de Pâques, de la Divine Miséricorde
    Comment être miséricordieux au quotidien ? Oksana Polakova | Shutterstock La fête de la Miséricorde, ce dimanche 11 avril, est l’occasion de faire l’expérience de l’inépuisable tendresse de Dieu. Le Dimanche de la miséricorde divine nous invite à découvrir...
  • la Messe Chrismale à la cathédrale, Le 29 mars (2)
    tiré du blog de paroissesaintebernadetteenbruilhois47.over-blog.com, suite de l'article du 7 avril 2021 L’évêque étant à la source des sacrements pour son Église diocésaine, c’est lui qui pendant cette liturgie, bénira les huiles qui serviront à la célébration...
  • la Messe Chrismale à la cathédrale, Le 29 mars (1)
    tiré du blog de paroissesaintebernadetteenbruilhois47.over-blog.com 1ère partie de l'article Le 29 mars, avait lieu à la cathédrale la Messe Chrismale (du grec chrisma, huile) qui doit son nom au fait que c’est lors de cette messe que sont bénis les huiles...
  • Invitation à faire le Chemin de Croix pour le Vendredi Saint avec Laudato Si
    Invitation à faire le Chemin de Croix pour le Vendredi Saint avec Laudato Si Mis à jour le 29.03.2021 Et si nous profitions de ce temps spirituel que nous offre le Chemin de Croix, pour nous recueillir sur le monde qui nous entoure ? Nous vous proposons...