Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 08:09
Sainte Catherine de Sienne par Sano di Pietro (1406 - 1481) Pinacothèque Nationale, Sienne (Italie)

Sainte Catherine de Sienne par Sano di Pietro (1406 - 1481) Pinacothèque Nationale, Sienne (Italie)

Basilique St Seurin/Bordeaux. Croix axiale, verso, Augustin Frison-Roche

Basilique St Seurin/Bordeaux. Croix axiale, verso, Augustin Frison-Roche

CHEMIN SPIRITUEL PROPOSÉ PAR LE SERVICE DIOCÉSAIN DU CATÉCHUMÉNAT AVEC SAINTE CATHERINE DE SIENNE ( 1347 - 1380 )

 

par l'abbé Jérôme POMIÉ

Prêtre référent du Service diocésain du Catéchuménat

 

Chers amis,

 

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous un temps de prière pour la journée et un temps de prière avant le repos de la nuit. Nous nous confions ce vendredi à Sainte-Catherine de Sienne.

 

Dans une courte présentation de sa vie dans une vidéo que je vous propose, nous y apprenons qu'elle aimait les fleurs ... A ce sujet, j'attends une photo d'une croix fleurie. C'était le défi que je nous lançais au cours de notre veillée pascale.

 

Pour ceux qui poursuivent la neuvaine à la Miséricorde Divine, vous y trouverez la méditation pour le 8ème jour.

 

Avec l’équipe Diocésaine, nous prions le vendredi pour le Catéchuménat de l'Albret.

 

Je célébrerai la messe à 12h, les vêpres à 18h et les complies à 22h. Ces célébrations seront retransmises, en direct, sur la chaîne Youtube du Catéchuménat.

 

Restons unis dans la paix du Ressuscité.

 

Votre Abbé, Jérôme

Quelques liens :

3 émissions de KTO sur Sainte Catherine :

Ci-dessous : Catherine de Sienne ou la conduite du monde - partie 1/2

Ci-dessous : Catherine de Sienne ou la conduite du monde - partie 2/2

Une courte présentation de sa vie :

Sainte Catherine vit à la fin du Moyen-Age. Nous avons beaucoup d'idées reçues sur cette période. Qu'en est-il du Moyen-Age pour l’Église. Je vous livre la vidéo du Frère Maxime avec qui nous avons suivi des cours de Bible au Séminaire :

Nous avons médité ce jeudi avec Saint Augustin. On lui attribue ce dicton : "Chanter, c'est prier deux fois". Alors, je vous livre quelques liens en voix ...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

CHANT DU JOUR

(Cliquer sur le lien ci-dessus)

 

Nous croyons en Jésus sauveur

 

1. Nous croyons en Jésus sauveur !
Fils de Dieu, il fut crucifié,
Dans sa mort nous sommes baptisés.
Il est vainqueur !
Nous étions captifs du péché,
Mais son sang nous a délivrés.
Oui, il est vraiment ressuscité !

 

R. A toi, Jésus-Christ,
Gloire, puissance et honneur.
Tu nous as donné ta vie,
Notre Rédempteur,
Nous te glorifions,
Ton amour est éternel.
De toi, nous vivrons
Pour les siècles.

 

2. Nous croyons en Jésus sauveur !
Élevé jusqu’au firmament,
Roi des rois, il est le tout puissant,
Il est Seigneur !
L’univers, tout lui est soumis,
Les enfers, les dominations,
Tout genou fléchira devant lui !

 

3. Nous croyons en Jésus sauveur !
Son Esprit inonde nos cœurs.
Il est là, jusqu’à la fin des temps,
Il est vivant !
Son amour vient nous fortifier.
En son nom, soyons des témoins,
Proclamons qu’il nous a libérés !

 

Paroles et musique : B. Pavageau CD n°64 /© 2018, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris

 

 

LECTURES DU JOUR

 

PREMIÈRE LECTURE

 

« En nul autre que lui, il n’y a de salut »

 

 

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 4, 1-12)

 

En ces jours-là,
après la guérison de l’infirme,
comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple,
les prêtres survinrent,
avec le commandant du Temple
et les sadducéens ;
ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple
et annoncer, en la personne de Jésus,
la résurrection d’entre les morts.
Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain,
puisque c’était déjà le soir.
Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole
devinrent croyants ;
à ne compter que les hommes,
il y en avait environ cinq mille.
Le lendemain se réunirent à Jérusalem
les chefs du peuple, les anciens et les scribes.
Il y avait là Hanne le grand prêtre,
Caïphe, Jean, Alexandre,
et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.
Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux
et les questionnèrent :
« Par quelle puissance, par le nom de qui,
avez-vous fait cette guérison ? »
Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint,
leur déclara :
« Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd’hui
pour avoir fait du bien à un infirme,
et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous,
ainsi que tout le peuple d’Israël :
c’est par le nom de Jésus le Nazaréen,
lui que vous avez crucifié
mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts,
c’est par lui que cet homme
se trouve là, devant vous, bien portant.
Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs,
mais devenue la pierre d’angle.
En nul autre que lui, il n’y a de salut,
car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes,
qui puisse nous sauver. »

 

 

PSAUME (117 (118), 1-2.4, 22-24, 25-27a)

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle. ou : Alléluia !

 

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

 

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

 

Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !
Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !
De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !
Dieu, le Seigneur, nous illumine.

 

 

ÉVANGILE DU JOUR

 

« Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson »

 

Alléluia. Alléluia. Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! Alléluia.

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 21, 1-14)

 

En ce temps-là,
Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée,
les fils de Zébédée,
et deux autres de ses disciples.
Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. »
Ils lui répondent :
« Nous aussi, nous allons avec toi. »
Ils partirent et montèrent dans la barque ;
or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.
Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage,
mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
Jésus leur dit :
« Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »
Ils lui répondirent :
« Non. »
Il leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons.
Alors, le disciple que Jésus aimait
dit à Pierre :
« C’est le Seigneur ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur,
il passa un vêtement,
car il n’avait rien sur lui,
et il se jeta à l’eau.
Les autres disciples arrivèrent en barque,
traînant le filet plein de poissons ;
la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
Une fois descendus à terre,
ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise
avec du poisson posé dessus,
et du pain.
Jésus leur dit :
« Apportez donc de ces poissons
que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre remonta
et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois.
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
Jésus leur dit alors :
« Venez manger. »
Aucun des disciples n’osait lui demander :
« Qui es-tu ? »
Ils savaient que c’était le Seigneur.
Jésus s’approche ;
il prend le pain
et le leur donne ;
et de même pour le poisson.

 

C’était la troisième fois
que Jésus ressuscité d’entre les morts
se manifestait à ses disciples.

 

Commentaire de l'Évangile

 

Découvrir Dieu

 

I - Quel enthousiasme de Pierre ! Après quelques mois avec Jésus et après les événements de la mort et de la résurrection, Pierre avait repris son travail habituel de pêcheur ; ça aurait pu ressembler à un retour à la case départ, avec l’exigence de revenir à une vie normale après avoir vécu de si belles choses. Pourtant Pierre a bien changé ; la première fois que Jésus avait permis à Pierre de faire une pêche miraculeuse, celui-ci avait dit à Jésus « éloigne-toi de moi, je suis un homme pécheur. » Aujourd’hui il se jette à l’eau et nage vers Jésus ! Nous aussi nous avons vécu les événements de Pâques, il y a quelques jours ; nous aussi nous avons l’impression d’être enfermés dans un quotidien très routinier. Cela ne doit pas nous empêcher de laisser grandir l’enthousiasme de la relation avec Jésus et la joie de le proclamer vivant !

 

Évangile commenté par le Père Alain de Boudemange

 

II - Nous avons sous les yeux un beau récit de la manifestation de Jésus ressuscité. L’évangéliste s’emploie même à donner quelques précisions sur le lieu, les personnes en présence, leur origine et bien d’autres détails qui ne sont pas anodins. On peut facilement se retrouver acteur ou protagoniste dans ce qui se passe. Très visiblement déconcertés, les apôtres semblent résignés à l’idée que tout est fini avec la mort de Jésus. Ils sont tous repartis à leurs occupations qu’ils avaient dû arrêter pour suivre Jésus, leur maître. La vie quotidienne a tout simplement repris son cours normal. Sur la barque Pierre ne songe même pas à s’habiller correctement, à quoi bon d’ailleurs. Il devait être bien déçu d’avoir peiné toute la nuit sans rien prendre dans ses filets. Il est loin d’imaginer que Jésus allait lui faire une belle surprise, et cette fois-ci, il ne se fera pas prendre, car sans tout à fait reconnaître Jésus, sans savoir qui lui demandait de jeter le filet, il va avoir une confiance totale et va s’exécuter en jetant le filet à droite de la barque, là où il fallait surtout éviter de manœuvrer, vu la configuration de ces barques anciennes. Jésus, encore une fois fait appel à la foi de Pierre et de ses compagnons. S’en suit la pêche miraculeuse, car le ressuscité de Pâques donne à profusion. Et pour éviter que les apôtres se glorifient de leur superbe belle prise de 153 poissons, c’est Jésus encore une fois qui donne le 154ème qu’il mange avec eux, celui qui était sur le feu et dont on ne parle pas souvent. C’est ce poisson grillé qu’il leur partage avec le pain qu’il a rompu. Une manière de nous dire, qu’en réalité, c’est lui Jésus qui donne tout. Acceptons de jeter le filet à sa demande et là où il veut, et comme les apôtres, nous aurons toujours de  très bonnes prises, les grâces qu’il ne cessera de nous

 

Évangile commenté par le Père Gilbert

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rechercher

Articles Récents