Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 18:45

TAIZE, Mesage 2021 du frère AloIs

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Prière de Taizé - 9 mai 2020 - L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal |  L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Un message pour 2021

L’humanité avance grâce à celles et ceux, si nombreux, qui se donnent sans compter, même dans ce temps de bouleversements et d’incertitudes.Au long des derniers mois, des jeunes nous ont fait part de leur inquiétude face à l’avenir: quel espoir va nous orienter, quels sont les appuis fiables quand tout est si instable? Encore plus profondément: pour quel but vaut-il la peine de vivre? D’autres voix se lèvent pour dire: résistons au désenchantement; soyons attentifs aux signes d’espérance. (1)

(1) Pour réagir à ce message pour 2021, nous invitons les jeunes de 15 à 35 ans à l’illustrer d’exemples concrets. Quelles initiatives ou quelles personnes sont pour moi un signe d’espérance? Au cours des prochains mois, ces réactions seront publiées sous divers formats: textes, vidéos, podcasts... Écrivez-nous à l’adresse solidarity@taize.fr.           Taizé avril 2020 reporté pour écarter le Covid-19

Être attentifs aux signes d’espérance.Dans la situation actuelle marquée par la pandémie, nous assistons à une progression de la précarité dans de vastes parties du monde. Des décisions politiques courageuses sont nécessaires, mais la solidarité et l’amitié sociale que tous nous pouvons vivre sont tout aussi indispensables. Beaucoup sont prêts à se mettre au service des autres. Leur générosité nous rappelle que l’entraide ouvre un chemin pour l’avenir.Et combien de jeunes investissent leurs énergies pour la sauvegarde de notre maison commune qu’est la planète! On voit éclore de multiples initiatives qui, sans apporter toutes les réponses à l’urgence climatique, permettent déjà d’avancer vers des modes de vie plus respectueux de l’environnement. (2) Pour ceux qui sont croyants, la terre est un don que Dieu nous confie pour que nous en prenions soin.La conscience des structures d’injustices, parfois héritées de l’histoire, s’est beaucoup accrue.Et le pouvoir n’est hélas pas toujours exercé au service du bien de tous. Devant ces dérives, la frustration et la colère sont compréhensibles. Qui aura l’audace d’être artisan de justice et de paix, au-delà des clivages dans nos sociétés?(2) Dans la lutte contre le dérèglement climatique et pour la réduction des émissions de carbone, saurons-nous interroger nos pratiques pour changer ce qui peut l’être? Des communautés chrétiennes participent à cet effort: des initiatives œcuméniques existent, comme le réseau des «Églises vertes», dans différents pays du monde. Déjà en 1989, les Églises d’Europe réunies à Bâle appelaient à «adopter un style de vie qui soit le moins nocif possible pour l’environnement: cela signifie entre autres la réduction de la consommation d’énergie, l’utilisation des transports publics et la limitation des déchets.» À Taizé, nous poursuivons nos efforts vers la transition écologique pour y aider, toutes les propositions sont les bienvenues (www.taize.fr/eco).

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Vivre la fraternité. Oui, au milieu des difficiles réalités de la période actuelle, il est possible de percevoir des raisons d’espérer, et même parfois d’espérer contre toute espérance. Pour cela, mettons-nous ensemble avec celles et ceux qui ont des options de vie différentes, avec des chrétiens d’autres confessions, avec des croyants d’autres religions, avec des personnes agnostiques ou athées qui, elles aussi, s’engagent pour la fraternité et le partage.La joie se renouvelle quand nous vivons la fraternité, quand nous nous faisons proches des plus démunis: des personnes n’ayant pas d’abri, des personnes âgées, malades ou isolées, des enfants en difficulté, des personnes ayant un handicap, des migrants... Les circonstances de la vie peuvent tous nous rendre vulnérables. Et la pandémie révèle les fragilités de notre humanité.Plus que jamais, nous avons besoin les uns des autres. Le pape François nous le rappelle avec force dans sa lettre encyclique Fratelli tutti: «Personne ne se sauve tout seul». Et il ajoute qu’on ne trouve pas pleinement son identité sans une ouverture «à l’universel, sans se laisser interpeller par ce qui se passe ailleurs, sans se laisser enrichir par d’autres cultures ou sans se solidariser avec les drames des autres peuples.» (§32 et §146). Dans les relations entre personnes comme entre peuples, faisons tout notre possible pour passer de la compétition à la coopération. Soutenons les organismes ou les associations qui promeuvent la coopération et la solidarité, au niveau local, national et international.Croire faire confiance à une présence. À Taizé, nous constatons que des jeunes, pour garder le cap, s’interrogent de manière nouvelle sur la foi en Dieu. Que veut dire croire en lui? Et, si Dieu existe, agit-il dans l’histoire, dans nos vies?Devant cette interrogation, évitons de nous représenter Dieu en le réduisant à nos concepts. Il dépasse infiniment tout ce que nous pouvons imaginer. Nous sommes des chercheurs et des chercheuses assoiffés d’amour et de vérité. Où que nous en soyons de notre pèlerinage intérieur, tous nous avançons souvent à tâtons. Mais, devenant «pèlerins de confiance», il nous est possible de marcher ensemble, de partager notre recherche: nos questions tout autant que nos convictions.«La foi est une confiance toute simple en Dieu, un élan de confiance mille fois repris au cours de notre vie... même si en chacun il peut y avoir aussi des doutes», disait frère Roger.Croire, n’est-ce pas d’abord faire confiance à une présence qui est à la fois au tréfonds de notre être et dans tout l’univers, insaisissable et pourtant bien réelle? Présence qui ne s’impose pas, mais qu’à tout moment nous pouvons accueillir à nouveau, dans le silence, comme une respiration. Présence bienveillante qui est toujours là, malgré les doutes et même si nous avons l’impression de ne comprendre que très peu qui est Dieu.Discerner un nouvel horizon. Une présence bienveillante quel éclairage l’Évangile donne-t-il sur ce mystère?Jésus a vécu de cette présence bienveillante jusqu’au bout, il y était constamment attentif. Elle était pour lui lumière intérieure, souffle de Dieu, inspiration de l’Esprit Saint...

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé

Du plus profond de la souffrance et de la solitude absolue, au moment où il meurt sur la croix, quand tout semble absurde, il crie son sentiment d’abandon, mais en s’adressant encore à Dieu: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?» Trahi, torturé, condamné à mort, dans les ténèbres les plus profondes il introduit l’amour. Et cet amour se montre plus fort que le mal. Marie Madeleine puis les apôtres communiquent cette nouvelle inattendue, invraisemblable: il est vivant, l’amour de Dieu a vaincu la haine et la mort.Saisis par cette nouvelle, les premiers chrétiens sont bouleversés et ils en témoignent: le Christ vit désormais auprès de Dieu. Il emplit l’univers par l’Esprit Saint, et il est aussi présent en chaque être humain. Il est solidaire avec les pauvres et leur rendra justice, il est l’accomplissement de l’histoire et de la création, et il nous accueillera après la mort dans la plénitude de la joie.Au-delà de la violence humaine, au-delà des catastrophes environnementales et des maladies, un nouvel horizon est ouvert. Saurons-nous le discerner?Changer notre regard.

À partir de cet horizon dévoilé par la résurrection du Christ, une lumière entre dans nos existences. Toujours à nouveau, elle chasse l’ombre de la peur, elle fait jaillir une source, elle fait éclater la joie de la louange.Alors nous pouvons pressentir que, secrètement, comme par une attraction mystérieuse, le Christ continue jusqu’à la fin des temps à rassembler dans l’amour de Dieu toute l’humanité et l’univers entier. Et il nous associe à sa mission.C’est ensemble, en Église, qu’il nous y associe. Cela implique que nous soyons prêts à élargir notre amitié à tous. Le Christ nous demande d’aimer même nos ennemis; sa paix réconcilie même des nations opposées. (3)(3) Dans ces temps difficiles de la pandémie, l’Église peut continuer à promouvoir la fraternité dans la famille humaine. Trois suggestions parmi beaucoup d’autres:Pour rendre nos sociétés plus humaines, nous avons besoin d’une écoute mutuelle qui aille à l’encontre des antagonismes et nous apprenne à cheminer ensemble avec nos différences. L’Église est appelée à chercher le dialogue, à sortir à la rencontre de tous. Celles et ceux qui vivent sans référence à une communauté chrétienne seraient-ils prêts, eux aussi, à entrer en dialogue avec l’Église?Devant l’arrivée de tant de migrants et de réfugiés, accueillir une personne ou une famille exilée peut donner un élan à nos paroisses ou communautés. Souvent, des personnes qui ne fréquentent pas l’Église sont prêtes à participer à un tel accueil. C’est l’expérience que nous avons faite à Taizé, ces dernières années, en accueillant des migrants de plusieurs pays, ensemble avec des habitants de notre région immédiate.Être un lieu accueillant implique d’être à l’écoute des personnes les plus vulnérables. En beaucoup d’endroits, les Églises doivent faire des progrès pour protéger l’intégrité de tous. Parfois se sont développées en leur sein des structures de pouvoir ayant engendré des souffrances physiques, psychiques et spirituelles. À Taizé aussi, nous continuons à ce sujet notre travail de vérité (www.taize.fr/protection).

https://www.taize.fr/fr_article29828.html-site de Taizé 

Laissons le Christ renouveler notre regard: par lui nous reconnaissons plus clairement la dignité de chaque être humain et la beauté de la création; l’espérance, loin d’être une confiance naïve, naît et renaît car elle est fondée sur le Christ; une joie sereine nous emplit et avec elle le courage d’assumer les responsabilités que Dieu nous confie sur la terre.Avec chacun et chacune de ceux qui voudront se laisser interroger par ce message, je suis en communion par la prière.Frère Alois

Taizé (Saône-et-Loire) — Wikipédia

Jésus le Christ, nous te louons pour ta bonté et pour ta simplicité. C’est à travers ton humilité que la lumière de Dieu a brillé au cours de ta vie. Cette lumière brille aujourd’hui dans nos cœurs. Elle peut guérir nos blessures, et même transformer nos fragilités et nos incertitudes en lieux de source, en énergie créatrice, en don de confiance. En nous éclairant par cette lumière de Dieu, tu nous donnes d’espérer à temps et à contretemps.Quelques textes bibliques pour approfondir la réflexion Marie chantait avec ces mots: «Dieu a renversé les puissants de leurs trônes et il a élevé les humiliés au premier rang. (...) Il a renvoyé les riches les mains vides.» (Lire Luc 1,46-56)Marie, mère de Jésus, savait unir l’amour et la tendresse avec l’espérance brûlante d’un renversement radical.Jésus dit: «Celui qui doit vous venir en aide, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.» (Lire Jean 14,15-31)Jésus ne nous laisse pas seuls. Avant sa mort, il a assuré ses disciples de sa présence pour toujours, par l’Esprit Saint. Celui-ci vit en nous, il nous console, nous soutient et nous inspire pour vivre à la suite du Christ Jésus, jour après jour.«Que les cieux se réjouissent, que la terre crie de joie, que la mer mugisse, et tout ce qu’elle contient! Que la campagne soit en fête, et tout ce qui s’y trouve! Que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie devant le Seigneur, car il vient, il vient pour rendre la justice sur la terre.» (Lire le Psaume96)Beaucoup de psaumes invitent à louer Dieu. Les humains ne sont pas seuls à le chanter, la création toute entière y participe. Nous ne voulons pas seulement la protéger parce que nous avons besoin d’elle pour exister, mais parce que nous en faisons partie et que le beau projet de Dieu s’étend à tout ce qui vit.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 21:41

Ce 1° décembre, nous célébrons la fête du Bienheureux Charles de Foucauld:

Citations, méditations et prières à partager (dans le Pèlerin)

Le Pèlerin

Les 10 plus belles citations de Charles de Foucauld

Les 10 plus belles citations de Charles de Foucauld

©photobyevgeniya/ stock.adobe.com
 

“La pauvreté est avant tout le détachement de l’argent, elle consiste à avoir très peu de besoins.” Charles de Foucauld

“En tout être humain, derrière les voiles et les apparences, voir un être ineffablement sacré.” Charles de Foucauld

“Quand on aime, on voudrait parler sans cesse à l’être aimé […] la prière n’est pas autre chose.”

“Plus on aime Dieu, plus on aime les hommes.”

“La vie que je mène me va. J’y chante avec douceur le beau chant de la pauvreté.”

“Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse.”

“Tout notre être doit crier l’évangile sur les toits.”

“C’est un devoir d’amour, ne perdons pas une minute du temps que nous pouvons passer devant le Saint-sacrement.”

“Mon Père, je m’abandonne à Toi, fais de moi ce qu’il Te plaira.”

“Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu.”

À voir également sur Facebook !

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 19:00
                                                                                                                               Source Pixabay

Prier pour la création

Cet hiver l’équipe d’Église verte s’est mobilisée pour vous proposer des prières et intentions de prière quotidiennes. Inspirés par l’initiative d’A Rocha qui expédie des prières quotidiennes pour la création (inscription ici), nous vous enverrons durant 4 semaines 7 prières hebdomadaires, une par jour, afin de vivre ensemble une belle montée vers Noël dans un esprit oecuménique et écologique.
Cet envoi arrivera dans votre boîte 4 fois si vous êtes inscrit à la Lettre saisonnière d’Eglise verte ou si vous êtes dans la liste de diffusion des communautés labellisées. Si vous souhaitez en faire profiter des amis, l’inscription se fait ici.

Mardi 1er décembre

La conférence internationale de l’ONU sur le changement climatique (COP26) devait avoir lieu fin 2020 mais a été reportée à la fin  2021.  Cependant, des jeunes du monde entier ont mis en place une COP26 virtuelle fin novembre. Les jeunes et bien d’autres s’exprimeront aussi un bilan de l’Accord de Paris (2015) le 11 décembre prochain, constatant que la trajectoire actuelle nous amène loin des 1,5°C d’augmentation maximale signés à Paris. Prions pour les jeunes qui se mobilisent, à la fois effrayés par leur avenir et pleins de courage ; prions pour que les dirigeants et nous-mêmes soyons touchés avec attention et humilité par leur lucidité afin d’affronter ensemble le dérèglement climatique.        

Par Eglise verte         

Mercredi 2 décembre

« Qui discerne ses erreurs ? Pardonne-moi celles qui j’ignore. » (Psaume 19.13)

Seigneur, j’ai envie de t’honorer par ma façon de vivre dans ce monde que tu as créé. Mais parfois je ne perçois pas mes erreurs ; je préfère ne pas voir l’impact de certains de mes choix. Dans cette période de l’avent, je m’attends à toi. Fais briller ta lumière dans mon cœur, pour que je puisse mettre ma vie de plus en plus en conformité avec ce que tu es.

Par A Rocha.

Jeudi 3 décembre

Nous te prions encore de ne pas tenir compte de nos iniquités et des injustices
de ton peuple et de détourner ta colère légitime contre nous. Ne laisse pas la
faim, la soif et les autres calamités détruire ce monde, mais garde-le sauf et
montre-nous ta compassion. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié.
Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte).


Vendredi 4 décembre

Seigneur, toi qui as créé l’univers et tout ce qu’il renferme, reçois notre
pénitence et envoie à la terre, en temps opportun, la pluie dont elle a besoin, le
climat favorable, apaise la fureur des éléments, afin que la création ne souffre
pas à cause de nos péchés. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié.
Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte).


Samedi 5 décembre

Aujourd'hui, prenez un moment pour penser à ceux qui sont membres de votre conseil local ou municipal. 

Seigneur, ta Parole nous dit de prier pour ceux qui sont en position d'autorité. Je prie pour les membres de mon conseil local, afin que tu leur donnes de la sagesse lorsqu'ils discutent des décisions, qu'ils respectent ta création dans ce qu'ils font et que leur gouvernance soit conforme à ta volonté. Garde-moi fidèle dans mes prières pour eux.

Par A Rocha.


Dimanche 6 décembre

« Prête l’oreille à cela, Job, arrête-toi et considère les miracles de Dieu.  Lorsque Dieu les projette, le sais-tu ?  Sais-tu quand il fait briller la foudre dans sa nuée ?  Sais-tu l’équilibre des nuages, merveilles d’un savoir sûr ? » - Job 37.14-16 TOB

Seigneur Dieu, merci de pouvoir contempler chaque jour le ciel, qui non seulement nous émerveille mais qui nous nourrit et nous protège aussi.  Merci pour cet éclairage que tu as donné à Job : les nuages toujours changeants sont pourtant en parfait équilibre entre eux.  Merci pour ce reflet de l’équilibre ô combien complexe de toute ta création dont nous sommes bénéficiaires : nous t’en louons !  

Par A Rocha.


Lundi 7 décembre 2020

Seigneur, toi qui t’opposes aux orgueilleux, rends droites les œuvres de nos
mains, afin qu’elles ne nous nuisent pas et que les malheurs et les catastrophes
ne nous anéantissent, mais regarde notre misère avec compassion et envoie-nous
la grâce et la paix. Nous t’en prions: exauce-nous et aie pitié. Seigneur, ne laisse
pas ta création souffrir à cause de notre rapacité et de nos iniquités, mais
préserve-la indemne malgré les injures. Nous t’en prions: exauce-nous et aie
pitié. Amen.

Par Pierre Kazarian (prêtre orthodoxe, représentant AEOF à Eglise verte)


 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 22:08
Sapin de Noël 2016 place Saint-Pierre, capture CTV

Sapin de Noël 2016 place Saint-Pierre, capture CTV

France: « 30 personnes par célébration: les catholiques n’ont pas été entendus »

Communiqué de la Conférence des évêques de France

novembre 24, 2020 22:15
Déclaration du Président de la République française ce 24 novembre 2020

PERSONNES PAR CÉLÉBRATION :

LES CATHOLIQUES N’ONT PAS ÉTÉ ENTENDUS

La Conférence des évêques de France (CEF) est à la fois déçue et surprise par l’annonce faite ce soir par le Président de la République concernant le nombre de 30 personnes autorisées dans le cadre de l’exercice public du culte à partir du 29 novembre.

Cette annonce n’est pas du tout conforme aux discussions qui ont eu lieu ces dernières semaines avec les ministres concernés. Dès ce soir, avec des représentants d’autres confessions chrétiennes, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, Président de la CEF, a interpellé le Président de la République pour demander que soit révisée cette mesure. En effet, cette mesure irréaliste et inapplicable est tout à fait irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques.

L’Église catholique a proposé dans son protocole un espace de 4m2 autour de chaque fidèle et une occupation partielle de l’église au 1/3 de la capacité habituelle.

Les catholiques sont conscients des enjeux sanitaires et sont capables de faire preuve d’une totale responsabilité dans l’application des règles de protection. La mesure annoncée paraît ignorer ce sens des responsabilités dont ils ont déjà su faire preuve depuis le début de l’épidémie.

La période de l’Avent qui s’ouvre devant nous est un temps fondamental de préparation à Noël. Le rassemblement dominical constitue une étape essentielle pour les fidèles durant cette période.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 00:06

Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison

Leemage via AFP

Détail de La Madone des ombres, de Fra Angelico, couvent San Marco de Florence.

Pour sanctifier dignement ce dimanche 22 novembre, Solennité du Christ, roi de l’univers, chez vous, Aleteia, vous propose cette célébration de la Parole de Dieu réalisée avec le concours de la revue Magnificat.

Avertissement

Les célébrations de la Parole, notamment à la maison, sont vivement encouragées par l’Église. Mais ces célébrations domestiques ne sauraient remplacer la participation à la messe les dimanches et fêtes, dès que celle-ci sera de nouveau possible.

Les dimanches sans messes, de nombreuses paroisses s’organisent pour proposer la communion eucharistique en dehors de la messe, dans le respect du Rituel et des règles du confinement. Recevoir ainsi la sainte communion sera une façon à privilégier de prolonger la célébration de la parole de Dieu que Aleteia vous propose

 

Mode d’emploi

  • Cette célébration requiert au moins la présence de deux personnes. Si l’on est seul, on peut lire simplement cette célébration, d’un seul cœur et d’un seul esprit avec l’Église.
  • Du samedi soir (vigile du dimanche) au dimanche soir, il est loisible de choisir le moment qui convient le mieux.
  • On aura eu à cœur de renouveler les ornements du coin prière : images, bougies, fleurs réelles ou en papier, dessins d’enfants, guirlandes, etc.
  • Une simple croix, ou un crucifix, doit toujours figurer en arrière-plan.
  • Le Conducteur est celui qui dirige la préparation de la célébration et qui pendant celle-ci, gère la longueur des temps de silence.
  • On désigne des lecteurs pour les lectures.

* * *

Solennité du Christ, roi de l’univers

 « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal. »

* * *

On est assis.
Celui qui guide la célébration dit :

℣. Frères et sœurs, le dernier dimanche de l’année liturgique est la solennité du Christ, Roi de l’univers. Par cette fête, l’Église proclame que tout est récapitulé dans le Christ : « Tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance » dit saint Paul dans la deuxième Lecture.

La royauté du Christ est consacrée à la gloire de Dieu et au bonheur de l’humanité. Il est le Roi de ce Royaume préparé pour nous depuis la fondation du monde, ce Royaume où, rendez-vous compte, à force d’amour, « Dieu sera tout en tous ».

Le péché était venu nous interdire l’entrée de ce Royaume, pourtant préparé pour nous. Mais le Christ est venu nous en rouvrir les portes : Triomphant des puissances du mal et de la mort, il nous appelle à y entrer à sa suite.

Pour que nous en soyons dignes,le Christ-Roi n’a mis qu’une condition : que nous l’aimions, non pas de mots et de pensée, mais en acte et en vérité.

Ainsi, notre salut éternel ne se joue-t-il pas seulement dans nos esprits et dans nos cœurs : Il est d’abord en jeu dans nos vies avec les autres. Serons-nous de ceux qui s’entendront dire :« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. » ?

Frères et sœurs, en ces jours où nous sommes empêchés de participer au repas du Seigneur, écoutons-le bien nous dire dans son Évangile, comment nous pouvons avoir la certitude de lui prouver notre amour, maintenant et à l’heure du Jugement dernier.

On garde une minute de silence.
Puis, celui qui guide la célébration dit la prière suivante :


PRIÈRE


℣. Ô Jésus, Fils de Dieu, notre Sauveur :

voici que, en ce dimanche,

nous sommes empêchés de perpétuer,

par la célébration de l’Eucharistie,

l’offrande que tu fis de ta vie

pour tes frères et sœurs en humanité :

plus que jamais,

tu nous demandes d’actualiser ton eucharistie,

en nous aimant les uns les autres

comme tu nous as aimés.
℟. Ainsi soit-il.

Après un instant de silence, on se lève.
Tous se signent en disant:

℟. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

Celui qui guide la célébration poursuit:

℣. Pour nous préparer à accueillir la parole de Dieu et pour qu’elle nous guérisse, nous nous reconnaissons pécheurs.

On dit ensuite le rite pénitentiel :

℣. Seigneur, accorde-nous ton pardon.
℟. Nous avons péché contre toi.
℣. Montre-nous ta miséricorde.
℟. Et nous serons sauvés.
℣. Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.
℟. Amen.

On dit ou on chante :

℣. Seigneur, prends pitié.
℟.Seigneur, prends pitié.
℣. Ô Christ, prends pitié
℟.Ô Christ, prends pitié
℣. Seigneur, prends pitié.
℟.Seigneur, prends pitié.

On dit ou on chante le Gloria :

℟.Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde,
prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde,
reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père,
prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,
Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.
Amen.

℟.Glória in excélsis Deo
et in terra pax homínibus bonae voluntátis.
Laudámus te, benedícimus te,
adoramus te, glorificámus te,
gratias agimus tibi propter magnam glóriam tuam,
Dómine Deus, Rex cæléstis, Deus Pater omnípotens.
Dómine Fili Unigénite, Jesu Christe,
Dómine Deus, Agnus Dei, Fílius Patris,
qui tollis peccáta mundi, miserére nobis;
qui tollis peccáta mundi, suscipe deprecationem nostram.
Qui sedes ad déxteram Patris, miserére nobis.
Quóniam tu solus Sanctus, tu solus Dóminus,
tu solus Altíssimus, Jesu Christe,
cum Sancto + Spíritu : in glória Dei Patris.
Amen.

Celui qui guide dit la prière suivante :

℣. Dieu éternel, tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l’univers; fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta puissance et te glorifie sans fin. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur.
℟. Amen.

On s’assied.


PREMIÈRE LECTURE


Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 34, 11-12.15-17)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :

Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis,

et je veillerai sur elles.

Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau

quand elles sont dispersées,

ainsi je veillerai sur mes brebis,

et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées

un jour de nuages et de sombres nuées.

C’est moi qui ferai paître mon troupeau,

et c’est moi qui le ferai reposer,

– oracle du Seigneur Dieu.

La brebis perdue, je la chercherai ;

l’égarée, je la ramènerai.

Celle qui est blessée, je la panserai.

Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.

Celle qui est grasse et vigoureuse,

je la garderai, je la ferai paître selon le droit.

Et toi, mon troupeau

– ainsi parle le Seigneur Dieu –,

voici que je vais juger entre brebis et brebis,

entre les béliers et les boucs.

℣. Parole du Seigneur.
℟.Nous rendons grâce à Dieu.


PSAUME


(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)

. Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger :

je ne manque de rien.

Sur des prés d’herbe fraîche,

il me fait reposer. ℟.

Il me mène vers les eaux tranquilles

et me fait revivre ;

il me conduit par le juste chemin

pour l’honneur de son nom. ℟.

Si je traverse les ravins de la mort,

je ne crains aucun mal,

car tu es avec moi :

ton bâton me guide et me rassure. ℟.

Tu prépares la table pour moi

devant mes ennemis ;

tu répands le parfum sur ma tête,

ma coupe est débordante. ℟.

Grâce et bonheur m’accompagnent

tous les jours de ma vie ;

j’habiterai la maison du Seigneur

pour la durée de mes jours. ℟.


DEUXIÈME LECTURE


Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 20-26.28)

Frères,

le Christ est ressuscité d’entre les morts,

lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.

Car, la mort étant venue par un homme,

c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.

En effet, de même que tous les hommes

meurent en Adam,

de même c’est dans le Christ

que tous recevront la vie,

mais chacun à son rang :

en premier, le Christ,

et ensuite, lors du retour du Christ,

ceux qui lui appartiennent.

Alors, tout sera achevé,

quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père,

après avoir anéanti, parmi les êtres célestes,

toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.

Car c’est lui qui doit régner

jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.

Et le dernier ennemi qui sera anéanti,

c’est la mort.

Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils,

lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père

qui lui aura tout soumis,

et ainsi, Dieu sera tout en tous.

℣. Parole du Seigneur.
℟.Nous rendons grâce à Dieu.

Après un temps de silence, tous se lèvent au moment où l’on dit ou chante l’acclamation de l’Évangile.


ÉVANGILE


℟. Alléluia. Alléluia.
. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
℟. Alléluia. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 31-46)

En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,

et tous les anges avec lui,

alors il siégera sur son trône de gloire.

Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;

il séparera les hommes les uns des autres,

comme le berger sépare les brebis des boucs :

il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :

‘Venez, les bénis de mon Père,

recevez en héritage le Royaume

préparé pour vous depuis la fondation du monde.

Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;

j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;

j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;

j’étais nu, et vous m’avez habillé ;

j’étais malade, et vous m’avez visité ;

j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’

Alors les justes lui répondront :

‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…?

tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?

tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?

tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?

tu étais nu, et nous t’avons habillé ?

tu étais malade ou en prison…

Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’

Et le Roi leur répondra :

‘Amen, je vous le dis :

chaque fois que vous l’avez fait

à l’un de ces plus petits de mes frères,

c’est à moi que vous l’avez fait.’

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :

‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,

dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.

Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;

j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;

j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;

j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;

j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’

Alors ils répondront, eux aussi :

‘Seigneur, quand t’avons-nous vu

avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,

sans nous mettre à ton service ?’

Il leur répondra :

‘Amen, je vous le dis :

chaque fois que vous ne l’avez pas fait

à l’un de ces plus petits,

c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,

et les justes, à la vie éternelle. »

℟.Acclamons la Parole de Dieu.

Leemage via AFP
Détail de La Madone des ombres, de Fra Angelico, couvent San Marco de Florence.

Tous s’assoient.
Celui qui guide redit lentement, comme en écho grave et lointain :

« Amen, je vous le dis :

chaque fois que vous l’avez fait

au moindre de mes frères et sœurs,

c’est à moi que vous l’avez fait.
« 

 

On garde 3 mn de silence pour une méditation personnelle.
Vous pouvez aussi méditer avec l‘homélie spécialement préparée pour les lecteurs de Aleteia du frère Jean-Thomas de Beauregard, op., Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui se cache.


PROFESSION DE FOI


Puis tous se lèvent et professent la foi de l’Église en disant le symbole des apôtres :

Je crois en Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié, est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivant et les morts.
Je crois en l’esprit-Saint,
À la sainte Église catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle. Amen.

PRIÈRE UNIVERSELLE


Tous restent debout et on fait la prière universelle, telle qu’elle a été préparée. Ou bien on prie les Intercessions suivantes, en séparant bien les intentions d’une seconde de silence. Celui qui guide la Prière dit :

. Élargissons notre prière à la mesure de la charité du Christ qui étend sa royauté sur tout l’univers. Adressons-lui nos prières pour hâter la pleine venue de son règne.

Tous reprennent le refrain :

℟. Seigneur écoute-nous ; Seigneur exauce-nous !

. Pour l’Église : qu’elle témoigne sans relâche du Commandement nouveau, afin que tous soient prêts quand le Roi de l’univers reviendra pour juger les vivants et les morts.℟.

. Pour les évêques, les prêtres et les diacres : que leur vie soit digne du bon Pasteur qui les a appelés au service de ses brebis.℟.

. Pour le personnel politique : qu’il exerce son mandat au service de tous. ℟.

. Pour les responsables de tous ordres : qu’ils exercent leurs responsabilités avec bienveillance, sollicitude, et sens de la subsidiarité.℟.

. Pour nous-mêmes : que nous soyons les uns pour les autres signes de l’amour de Dieu.℟.

Les personnes présentes peuvent ajouter, tour à tour, leurs propres intentions. À la fin de chacune d’elles, on reprend le refrain :

℟. Seigneur écoute-nous ; Seigneur exauce-nous !

Puis on dit la prière de conclusion :

. Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour sauver les hommes par ta croix, écoute nos prières et accorde-nous de prendre place dans ton royaume. Toi qui vis et règnes pour les siècles sans fin.
℟. Amen.

Celui qui guide introduit à la Prière dominicale :

. Unis dans l’Esprit et dans la communion de l’Église, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

On dit ou on chante le Notre Père :

℟. Notre Père…

Et on enchaîne immédiatement :

℟. Car c’est à toi…

Puis celui qui guide invite au partage de la paix :

. Nous venons d’unir notre voix à celle du Seigneur Jésus pour prier le Père.
Nous sommes fils dans le Fils.
Dans la charité qui nous unit les uns aux autres, renouvelés par la parole de Dieu, nous pouvons échanger un geste de paix, signe de la communion que nous recevons du Seigneur.

Tous échangent alors une salutation de paix à distance, par exemple en s’inclinant profondément les uns vers les autres, tour à tour ; ou bien, en famille, on s’envoie un baiser avec deux doigts sur les lèvres.

Ensuite :

  • Si on a prévu de recevoir la sainte communion à la paroisse, on s’assied, on se recueille pendant deux minutes, puis on chante un cantique d’action de grâce, avant de passer directement à la Prière de Bénédiction.
  • Sinon, on s’assied ou on se met à genoux assis sur les talons, pour communier spirituellement :

COMMUNION SPIRITUELLE


Celui qui guide dit :

Quand nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle faute de messe, le pape François nous invite instamment à pratiquer la communion spirituelle, appelée aussi “communion de désir”.

Le Concile de Trente nous rappelle que celle-ci “consiste dans un ardent désir de se nourrir du Pain céleste, avec une foi vive qui agit par la charité et qui nous rend participants des fruits et des grâces du Sacrement”.

La valeur de notre communion spirituelle repose donc sur notre foi en la présence du Christ dans l’Eucharistie comme source de vie, d’amour et d’unité, et sur notre désir d’y communier malgré tout.

Dans cet esprit, je vous invite maintenant à incliner votre tête, à fermer les yeux et à vous recueillir.

Silence

Au plus profond de notre cœur, laissons monter en nous le désir ardent de nous unir à Jésus,
dans la communion sacramentelle,
et de faire vivre ensuite son amour dans nos vies,
en aimant les autres comme il nous a aimés.

On reste en silence pendant 5 minutes pour un cœur à cœur avec le Christ Jésus.

Vous trouverez en cliquant ici plusieurs exemples de prières de communion spirituelle.

Voici celle que propose le pape François.

« À tes pieds, ô mon Jésus,
je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme
dans son néant et Ta sainte présence.
Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle,
je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort.
Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il. »

Puis on se lève et on peut chanter un beau cantique d’action de grâce.

On reste debout, tournés vers la croix du Christ.Les mains jointes, celui qui guide la Prière dit, au nom de tous, la prière de bénédiction :


PRIÈRE DE BÉNÉDICTION


. Par la résurrection de son Fils unique,
Dieu nous a fait la grâce du Salut,
il a fait de nous ses enfants : ensemble,
bénissons-le pour une telle adoption.
℟. Amen

. En nous recréant ainsi dans son Fils,
Il nous a offert sa propre liberté :
Qu’il nous donne part au bonheur éternel
℟. Amen

. Dans le baptême,
nous sommes déjà ressuscités avec le Christ :
qu’il soit béni

et qu’il vienne le Roi d’éternelle gloire !

℟. Amen

Et tous ensemble les mains jointes :

℟. Et que la grâce de Dieu descende sur nous
et y demeure à jamais. Amen.

Tous se signent. Puis les parents peuvent tracer le signe de la croix sur le front de leurs enfants.

Pour conclure la célébration, on peut chanter un cantique à la Vierge Marie. Comme le Salve Regína.

Salve, Regína, Máter misericórdiæ
Víta, dulcédo, et spes nóstra, sálve.
Ad te clamámus, éxules, fílii Hévæ.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes
in hac lacrimárum válle.
Eia ergo, Advocáta nóstra,
íllos túos misericórdes óculos
ad nos convérte.
Et Jésum, benedíctum frúctum véntris túi,
nóbis post hoc exsílium osténde.
O clémens, O pía, O dúlcis Vírgo María.

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde,
notre vie, notre consolation, notre espoir, salut !
Enfants d’Ève, de cette terre d’exil nous crions vers vous ;
vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant
dans cette vallée de larmes.
Ô vous, notre Avocate,
tournez vers nous vos regards compatissants
Et, après cet exil,
obtenez-nous de contempler Jésus, le fruit béni de vos entrailles,
Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie !

* * *

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 18:00
2 novembre: Sainte Cécile, patronne des musiciens

Histoire de Sainte Cécile, patronne des musiciens

QUI ÉTAIT SAINTE CÉCILE ?

La bienheureuse Cécile était une noble romaine, née dans une famille chrétienne de sénateurs au IIème siècle après Jésus-Christ. Mais ce n’est qu’au XIVème siècle d’un orgue a fait son apparition comme symbole iconographique aujourd’hui familier de cette sainte, et ce n’est pas avant la fin du XVIème siècle – lorsque sa ville natale a fondé une académie de musique qui porte son nom – que les célébrations de sainte Cécile sont devenues essentiellement musicales.

POURQUOI CÉCILE A-T-ELLE ÉTÉ  CANONISÉE ?

A partir du IVème siècle, Cécile a été surtout honorée comme une sainte femme pour avoir porté une haire sous sa robe de mariée et dit à son mari qu’elle était fiancée à un ange (demandant à en voir la preuve, il a été comblé de roses et de lys par le corps céleste qui l’avait visité). Cécile a été martyrisée entre l’an 176 et l’an 230 après Jésus-Christ, soit sous l’empereur Alexandre Sévère, soit sous l’empereur Marc Aurèle – personne ne semble encore sûr du règne sous lequel elle est morte.

Une chose est pourtant certaine: sa mort a été particulièrement affreuse. Cécile a été enfermée dans un bain surchauffé où elle devait perdre la vie. Après l’échec de cette tentative, puis de trois autres, visant à la décapiter, Cécile a prêché et chanté pendant trois jours jusqu’à ce que, selon les paroles du Conte de la Seconde Nonne de Chaucer, « à moitié morte et le cou tranché, elle y a péri ».

LA PATRONNE DES MUSICIENS

C’est le chant, bien sûr, qui est à l’origine de sa béatification et de sa canonisation: à ses noces déjà, Cécile chantait à Dieu seul en son cœur pendant que les musiciens jouaient. Une erreur de traduction a laissé entendre que Cécile était elle-même en train de jouer de l’orgue – et cette idée est passée à la postérité.

DÉVELOPPEMENT DU CULTE DE SAINTE CÉCILE

Quelques soient les subtilités de cette histoire pieuse, le culte de Sainte Cécile s’est rapidement développé: on trouve ses reliques à la fois dans l’église qui lui est dédiée dans le quartier du Trastevere, à Rome, et dans la cathédrale du XIème siècle tapissée de mosaïques, à Torcello. Et, après la fondation de l’Académie Sainte-Cécile de Rome en 1594, des célébrations annuelles se sont déroulées dans toute l’Italie, en France et en Angleterre, en la date du 22 novembre, jour dédié à la fête de Sainte Cécile. Les compositeurs Purcell, Haendel et Haydn ont particulièrement mis la Sainte à l’honneur dans leurs œuvres musicales.

Ste Cécile

Fête le 22 novembre

 

      Tout ce que l’on sait de cette sainte, c’est qu’elle est honorée à Rome depuis le Vème siècle comme vierge et martyre et que les Coecilii constituaient une très illustre famille romaine. Quand au récit légendaire de la Passion de Sainte Cécile, il est très postérieur. Selon cette légende, Cécile, vierge romaine, prévient son mari Valérien, la nuit de ses noces, qu’un ange veille sur sa virginité et qu’il ne pourra voir cet ange avant de se faire baptiser. Valérien, ayant reçu le baptême, est arrêté et supplicié en même temps que le frère de Cécile, Tiburce. Cécile, de son côté, refusant de sacrifier aux dieux, est condamnée à être brûlée dans son installation de bain. Elle échappe d’abord à la mort, puis, blessée, finit par expirer.

     Au XVème siècle, on fait d’elle la patronne des musiciens en tirant argument d’un passage de sa Passion : «Pendant que retentissent les instruments de musique de ses noces, elle chantait en son coeur pour le Seigneur.»

     Quand à la basilique Sainte-Cécile au Transtévère, longtemps supposée bâtie à l’emplacement de la maison de Valérien, elle a pour fondatrice une Coecilia étrangère à la sainte.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 10:08

samedi 21 novembre

méditation du jour

Qu’allons-nous offrir ?

Saint Bernard de Clairvaux médite ici sur la présentation de Jésus au Temple (Lc 2, 22-35), qui nous donne à penser sur l’offrande de Marie.

Cette offrande-ci, mes frères, paraît bien facile : on se contente de la présenter au Seigneur, de la racheter avec des oiseaux, et aussitôt on la remporte. Viendra le jour où ce n’est plus dans le Temple, ni entre les bras de Syméon que le Christ sera offert, mais en dehors de la ville et entre les bras de la croix. Viendra le jour où il ne sera plus racheté par du sang étranger, mais où lui-même rachètera les autres par son propre sang (He 9, 12).

De plein gré je vais t’offrir mon sacrifice, Seigneur (Ps 53, 8), parce que toi-même, c’est de plein gré, et non en raison de quelque contrainte, que tu as été offert pour mon salut. Mais qu’allons-nous offrir, nous, mes frères, et que rendrons-nous au Seigneur pour tout ce qu’il nous a donné ? (Ps 115, 12) Lui, il a offert pour nous la plus précieuse victime qu’il possédait ; en vérité il ne pouvait en être de plus précieuse. Nous aussi donc, faisons ce que nous pouvons : offrons-lui ce que nous avons de meilleur : nous-mêmes ! Lui s’est offert lui-même : qui es-tu, toi, pour hésiter à t’offrir toi-même ?

Qui pourrait m’accorder qu’une si haute Majesté veuille accueillir mon offrande ? Je ne possède que deux piécettes (Mc 12, 42), Seigneur, je veux dire mon corps et mon âme : puissé-je te les offrir parfaitement en sacrifice de louange !

St Bernard de Clairvaux

Consulté par les princes et les papes, saint Bernard († 1153), moine de Cîteaux, a fait rayonner, au xiie siècle, l’ordre cistercien dans toute l’Europe. / 3e Sermon sur la purification de la Vierge Marie, 2-3, trad. M.-I. Huille, Paris, Cerf, coll. « Sources Chrétiennes » 481, 2004, p. 281-283.

Prière pour la Présentation de Marie au temple

PRESENTATION TEMPLE MARY

Domaine Public Mathilde de Robien - Publié le 20/11/20

Le 21 novembre, l'Eglise catholique fête la Présentation de Marie. Voici une belle prière, relayée par la Société de Marie et attribuée à saint Alphonse de Liguori, pour qu'à la suite de la Vierge, nous désirions consacrer notre cœur à Dieu.

Selon un livre apocryphe, le « Protévangile de Jacques », Anne et Joachim, les parents de Marie, la présentèrent au temple dès l’âge de trois ans pour la consacrer à Dieu. Le message spirituel que nous laisse cet évènement est que, depuis toujours, le cœur de Marie est entièrement dédié au Christ. Dès sa prime enfance, elle a fait don de sa vie à Dieu. A son image, les chrétiens sont appelés à consacrer leur existence à Dieu, par l’entremise de Marie.

O Marie, enfant chérie de Dieu , que puis-je vous offrir et vous consacrer les premières années de ma vie, comme vous vous êtes offerte et consacrée au Seigneur dans le Temple ! Mais, hélas! ces premières années sont déjà bien loin de moi !
J’ai employé un temps si précieux à servir le monde et vous ai oubliée en écoutant la voix de mes passions. Toutefois il vaut mieux commencer tard à vous servir que de rester toujours rebelle. Je viens donc aujourd’hui m’offrir tout entier à votre service, et consacrer à mon Créateur, par votre entremise bénie, le peu de jours qu’il me reste encore à passer sur la terre. Je vous donne mon esprit, pour qu’il s’occupe de vous sans cesse, et mon cœur, pour vous aimer à jamais. Accueillez, Ô Vierge Sainte, l’offrande d’un pauvre pêcheur; je vous en  conjure par le souvenir des ineffables consolations que vous avez ressenties en vous offrant à Dieu dans le Temple. Soutenez ma faiblesse, et par votre intercession puissante obtenez-moi de Jésus la grâce de lui être fidèle, ainsi qu’à vous, jusqu’à la mort, afin qu’après vous avoir servie de tout mon cœur pendant la vie, je participe à la gloire et au bonheur éternel des élus. Amen.

En images : les plus belles représentations de la Vierge enfant gravissant les marches du Temple

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 09:56
La parabole des talents

La parabole des talents par A.N. Mironov.

La rédaction d'Aleteia - Publié le 14/11/20

Pour sanctifier dignement ce dimanche 15 novembre, 33e dimanche du temps ordinaire, chez vous, Aleteia, vous propose cette célébration de la Parole de Dieu avec le concours de la revue Magnificat.

Avertissement

Les célébrations de la Parole, notamment à la maison, sont vivement encouragées par l’Église. Mais ces célébrations domestiques ne sauraient remplacer la participation à la messe les dimanches et fêtes, dès que celle-ci sera de nouveau possible.

Les dimanches sans messes, de nombreuses paroisses s’organisent pour proposer la communion eucharistique en dehors de la messe, dans le respect du Rituel et des règles du confinement. Recevoir ainsi la sainte communion sera une façon à privilégier de prolonger la célébration de la parole de Dieu que Aleteia vous propose

Mode d’emploi

  • Cette célébration requiert au moins la présence de deux personnes. Si l’on est seul, on peut lire simplement cette célébration, d’un seul cœur et d’un seul esprit avec l’Église.
  • Du samedi soir (vigile du dimanche) au dimanche soir, il est loisible de choisir le moment qui convient le mieux.
  • On aura eu à cœur de renouveler les ornements du coin prière : images, bougies, fleurs réelles ou en papier, dessins d’enfants, guirlandes, etc.
  • Une simple croix, ou un crucifix, doit toujours figurer en arrière-plan.
  • Le Conducteur est celui qui dirige la préparation de la célébration et qui pendant celle-ci, gère la longueur des temps de silence.
  • On désigne des lecteurs pour les lectures.

* * *

33e DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

 « Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup »

* * *

On peut commencer cette célébration de la Parole par un chant. Aleteia vous propose aujourd’hui « Si le Père vous appelle ».

On est assis. Celui qui guide la célébration dit :

℣. Frères et sœurs,
Les derniers dimanches du temps ordinaire

nous
encouragent à attendre et espérer la venue du Christ.
Ils nous invitent à être toujours vigilants.

Toute notre vie, doit d’une certaine manière
être comme une préparation
à la rencontre ultime avec lui. 

Ce jour-là, n’en doutons pas,
Il nous demandera comment nous avons fait fructifier
les dons que nous avons reçus de lui.

Nous avons reçu les Béatitudes
Et le Commandement nouveau :
Quand le Seigneur reviendra,
Va-t-il en recueillir les fruits ?

Va-t-il trouver un monde où le Royaume de Dieu est déjà inauguré ?
Un monde où règnent la pauvreté, l’humilité et la douceur évangélique ?
Un monde où règnent la consolation, la justice et la miséricorde ?
Un monde où règnent la pureté de cœur, la paix et la sainteté de vie ?

En un mot, un monde où on s’aime et où on est aimé
comme le Christ Jésus nous a aimés ?

Frères et sœurs, en ces jours où nous sommes empêchés
de participer au repas du Seigneur,
écoutons-le bien nous dire dans son Évangile,
comment nous pouvons avoir la certitude
de lui prouver notre amour,
maintenant et à l’heure de sa venue.

On garde une minute de silence.
Puis, celui qui guide la célébration dit la prière suivante :


PRIÈRE


℣. Ô Jésus, Fils de Dieu, notre Sauveur :

voici que, en ce dimanche,

nous sommes empêchés de perpétuer,

par la célébration de l’Eucharistie,

l’offrande que tu fis de ta vie

pour tes frères et sœurs en humanité :

plus que jamais,

tu nous demandes d’actualiser ton eucharistie,

en nous aimant les uns les autres

comme tu nous as aimés.
℟. Ainsi soit-il.

Après un instant de silence, on se lève. Tous se signent en disant:

℟. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

Celui qui guide la célébration poursuit:

℣. Pour nous préparer à accueillir la parole de Dieu et pour qu’elle nous guérisse, nous nous reconnaissons pécheurs.

On dit ensuite le rite pénitentiel :

℣. Seigneur, accorde-nous ton pardon.
℟. Nous avons péché contre toi.
℣. Montre-nous ta miséricorde.
℟. Et nous serons sauvés.
℣. Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.
℟. Amen.

On dit ou on chante :

℣. Seigneur, prends pitié.
℟. Seigneur, prends pitié.
℣. Ô Christ, prends pitié
℟. Ô Christ, prends pitié
℣. Seigneur, prends pitié.
℟. Seigneur, prends pitié.

On dit ou on chante le Gloria :

℟. Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde,
prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde,
reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père,
prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,
Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.
Amen.

Celui qui guide dit la prière suivante :

℣. Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité : car c’est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur.
℟. Amen.

On s’assied.


PREMIÈRE LECTURE


Lecture du livre des Proverbes (Pr 31, 10-13.19-20.30-31)Une femme parfaite, qui la trouvera ?
Elle est précieuse plus que les perles !
Son mari peut lui faire confiance :
il ne manquera pas de ressources.
Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine,
tous les jours de sa vie.
Elle sait choisir la laine et le lin,
et ses mains travaillent volontiers.
Elle tend la main vers la quenouille,
ses doigts dirigent le fuseau.
Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre,
elle tend la main au malheureux.
Le charme est trompeur et la beauté s’évanouit ;
seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange.
Célébrez-la pour les fruits de son travail :
et qu’aux portes de la ville, ses œuvres disent sa louange !

℣. Parole du Seigneur.    ℟. Nous rendons grâce à Dieu.


PSAUME (Ps 127)


. Heureux qui craint le Seigneur !
         Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies!
Tu te nourriras du travail de tes mains: A toi, le bonheur! ℟.
Ta femme sera dans ta maison comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,comme des plants d’olivier. ℟.
Voilà comment sera béni l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie. ℟.

DEUXIÈME LECTURE


Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens (1 Th 5, 1-6)Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur,
vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre.
Vous savez très bien que le jour du Seigneur
vient comme un voleur dans la nuit.
Quand les gens diront :
« Quelle paix ! quelle tranquillité ! »,
c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux,
comme les douleurs sur la femme enceinte :
ils ne pourront pas y échapper.
Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres,
ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur.
En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ;
nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres.
Alors, ne restons pas endormis comme les autres,
mais soyons vigilants et restons sobres.

℣. Parole du Seigneur.
℟. Nous rendons grâce à Dieu.

Après un temps de silence, tous se lèvent au moment où l’on dit ou chante l’acclamation de l’Évangile.


ÉVANGILE


℟. Alléluia. Alléluia.
. Demeurez en moi, comme moi en vous, dit le Seigneur ;

celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit.
℟. Alléluia. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-30)En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples cette parabole :
« C’est comme un homme qui partait en voyage :
il appela ses serviteurs et leur confia ses biens.
À l’un il remit une somme de cinq talents,
à un autre deux talents, au troisième un seul talent,
à chacun selon ses capacités.Puis il partit.
Aussitôt,  celui qui avait reçu les cinq talents
s’en alla pour les faire valoir
et en gagna cinq autres.
De même, celui qui avait reçu deux talents
en gagna deux autres.
Mais celui qui n’en avait reçu qu’unalla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint
et il leur demanda des comptes.
Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha,
présenta cinq autres talents
et dit : ‘Seigneur,
tu m’as confié cinq talents ;
voilà, j’en ai gagné cinq autres.’
Son maître lui déclara :
‘Très bien, serviteur bon et fidèle,
tu as été fidèle pour peu de choses,
je t’en confierai beaucoup ;
entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit :
‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ;
voilà, j’en ai gagné deux autres.’
Son maître lui déclara :
‘Très bien, serviteur bon et fidèle,
tu as été fidèle pour peu de choses,
je t’en confierai beaucoup ;
entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi
et dit : ‘Seigneur,
je savais que tu es un homme dur :
tu moissonnes là où tu n’as pas semé,
tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain.
J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre.
Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’
Son maître lui répliqua :
‘Serviteur mauvais et paresseux,
tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé,
que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu.
Alors, il fallait placer mon argent à la banque ;
et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts.
Enlevez-lui donc son talent
et donnez-le à celui qui en a dix.
À celui qui a, on donnera encore,
et il sera dans l’abondance ;
mais celui qui n’a rien
se verra enlever même ce qu’il a.
Quant à ce serviteur bon à rien,
jetez-le dans les ténèbres extérieures ;
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ »

℟. Acclamons la Parole de Dieu.

Tous s’assoient.
Celui qui guide redit lentement, comme en écho grave et lointain :

« Très bien, serviteur bon et fidèle,

tu as été fidèle pour peu de choses,

je t’en confierai beaucoup ;

entre dans la joie de ton seigneur. »

On garde 3 mn de silence pour une méditation personnelle.
Vous pouvez aussi méditer avec l‘homélie spécialement préparée pour les lecteurs de Aleteia du frère Jean-Thomas de Beauregard, op.


PROFESSION DE FOI


Puis tous se lèvent et professent la foi de l’Église en disant le symbole des apôtres :

Je crois en Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié, est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivant et les morts.
Je crois en l’esprit-Saint,
À la sainte Église catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle. Amen.

PRIÈRE UNIVERSELLE


Tous restent debout et on fait la prière universelle, telle qu’elle a été préparée. Ou bien on prie les Intercessions suivantes, en séparant bien les intentions d’une seconde de silence. Celui qui guide la Prière dit :

. Ne soyons pas endormis, mais restons vigilants ;
que notre désir de faire la rencontre du Christ
inspire notre prière de ce jour.

Tous reprennent le refrain :

℟. Seigneur écoute-nous ; Seigneur exauce-nous !

. Prions pour l’Église, qui annonce l’Évangile de Jésus Christ
à temps et à contretemps.℟.

. Prions pour notre pape, pour nos évêques et pour nos prêtres :
qu’ils soient des serviteurs bons et fidèles
faisant fructifier la mission qui leur est confiée.℟.

. Prions pour tous ceux qui sont éprouvés

en ces temps de confinement.℟.

. Prions pour les malades,
et spécialement pour ceux qui ne peuvent être accompagnés
par la sollicitude de leurs proches.℟.

. Prions pour les membres de notre communauté
qui sont morts cette semaine :
Qu’ils soient jugés dignes d’entrer dans la joie de leur Seigneur.℟.

Les personnes présentes peuvent ajouter, tour à tour, leurs propres intentions. À la fin de chacune d’elles, on reprend le refrain :

℟. Seigneur écoute-nous ; Seigneur exauce-nous !

Puis on dit la prière de conclusion :

. Seigneur Dieu qui as exhorté ton peuple à rechercher le droit et la justice, écoute nos prières et daigne les exaucer pour que par nos vies soit manifesté ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
℟. Amen.

Celui qui guide introduit à la Prière dominicale :

. Unis dans l’Esprit et dans la communion de l’Église, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

On dit ou on chante le Notre Père :

℟. Notre Père…

Et on enchaîne immédiatement :

℟. Car c’est à toi…

Puis celui qui guide invite au partage de la paix :

. Nous venons d’unir notre voix à celle du Seigneur Jésus pour prier le Père.
Nous sommes fils dans le Fils.
Dans la charité qui nous unit les uns aux autres, renouvelés par la parole de Dieu, nous pouvons échanger un geste de paix, signe de la communion que nous recevons du Seigneur.

Tous échangent alors une salutation de paix à distance, par exemple en s’inclinant profondément les uns vers les autres, tour à tour ; ou bien, en famille, on s’envoie un baiser avec deux doigts sur les lèvres.

Ensuite :

  • Si on a prévu de recevoir la sainte communion à la paroisse, on s’assied, on se recueille pendant deux minutes, puis on chante un cantique d’action de grâce, avant de passer directement à la Prière de Bénédiction.
  • Sinon, on s’assied ou on se met à genoux assis sur les talons, pour communier spirituellement :

COMMUNION SPIRITUELLE


Celui qui guide dit :

Quand nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle faute de messe, le pape François nous invite instamment à pratiquer la communion spirituelle, appelée aussi “communion de désir”.

Le Concile de Trente nous rappelle que celle-ci “consiste dans un ardent désir de se nourrir du Pain céleste, avec une foi vive qui agit par la charité et qui nous rend participants des fruits et des grâces du Sacrement”.

La valeur de notre communion spirituelle repose donc sur notre foi en la présence du Christ dans l’Eucharistie comme source de vie, d’amour et d’unité, et sur notre désir d’y communier malgré tout.

Dans cet esprit, je vous invite maintenant à incliner votre tête, à fermer les yeux et à vous recueillir.

Silence

Au plus profond de notre cœur, laissons monter en nous le désir ardent de nous unir à Jésus,
dans la communion sacramentelle,
et de faire vivre ensuite son amour dans nos vies,
en aimant les autres comme il nous a aimés.

On reste en silence pendant 5 minutes pour un cœur à cœur avec le Christ Jésus.

Vous trouverez en cliquant ici plusieurs exemples de prières de communion spirituelle.

Voici celle que propose le pape François.

« À tes pieds, ô mon Jésus,
je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme
dans son néant et Ta sainte présence.
Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle,
je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort.
Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il. »

Puis on se lève et on peut chanter un beau cantique d’action de grâce. Ici un Laudate Dominum de Taizé.

On reste debout, tournés vers la croix du Christ.Les mains jointes, celui qui guide la Prière dit, au nom de tous, la prière de bénédiction :


PRIÈRE DE BÉNÉDICTION


. Par la résurrection de son Fils unique,
Dieu nous a fait la grâce du Salut,
il a fait de nous ses enfants : ensemble,
bénissons-le pour une telle adoption.
℟. Amen

. En nous recréant ainsi dans son Fils,
Il nous a offert sa propre liberté :
Qu’il nous donne part au bonheur éternel
℟. Amen

. Dans le baptême,
nous sommes déjà ressuscités avec le Christ :
veillons donc à être des serviteurs
bons et fidèles.
℟. Amen

Et tous ensemble les mains jointes :

℟. Et que la grâce de Dieu descende sur nous
et y demeure à jamais. Amen.

Tous se signent. Puis les parents peuvent tracer le signe de la croix sur le front de leurs enfants. On peut chanter un  chant d’envoi. Nous vous proposons ce dimanche « Peuple de Lumières »

Pour conclure la célébration, on peut chanter un cantique à la Vierge Marie. Comme le Salve, Regína.

Salve, Regína, Máter misericórdiæ
Víta, dulcédo, et spes nóstra, sálve.
Ad te clamámus, éxules, fílii Hévæ.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes
in hac lacrimárum válle.
Eia ergo, Advocáta nóstra,
íllos túos misericórdes óculos
ad nos convérte.
Et Jésum, benedíctum frúctum véntris túi,
nóbis post hoc exsílium osténde.
O clémens, O pía, O dúlcis Vírgo María.

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre
consolation, notre espoir, salut !

Enfants d’Ève, de cette terre d’exil nous crions vers vous ;

vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée
de larmes.

Ô vous, notre Avocate, tournez vers nous vos regards compatissants.

Et, après cet exil, obtenez-nous de contempler Jésus, le fruit
béni de vos entrailles,

Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge
Marie !

* * *

Tant que durera l’interdiction des cultes publics, Aleteia vous proposera pour chaque Dimanche et Fête des formules de célébrations à la maison. Ainsi, chez vous, vous pourrez continuer de sanctifier le jour du Seigneur, envers et contre tout, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Pour continuer de sanctifier chaque jour, il sera bon de renouer avec la vénérable tradition des vêpres familiale en célébrant, vers la fin de l’après-midi, l’office de la Liturgie des heures ; ou bien l’on pourra prendre la Prière du soir du jour, que l’on trouvera ici.

Vous pourrez aussi trouver, gratuitement, bien d’autres ressources sur Aleteia et sur le site Magnificat.

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 22:52

Collection Dagli Orti / Accademia San Luca Rome

La parabole des vierges sages et des vierges folles, détail de la vierge sage

Pour sanctifier dignement ce dimanche, chez vous, Aleteia, vous propose cette célébration de la Parole de Dieu.

Avec le concours de la revue Magnificat.

Avertissement :

Les célébrations de la Parole, notamment à la maison, sont vivement encouragées par l’Eglise. Mais bien entendu, ces célébrations domestiques ne sauraient remplacer la participation à la messe les dimanches et fêtes, dès que celle-ci sera de nouveau possible.

 

Mode d’emploi

  • Cette célébration requiert au moins la présence de deux personnes.
  • Si l’on est seul, on peut lire simplement cette célébration, d’un seul cœur et d’un seul esprit avec l’Eglise.
  • Du samedi soir (vigile du dimanche) au dimanche soir, il est loisible de choisir le moment qui convient le mieux.
  • Cette célébration est particulièrement adaptée dans un cadre familial, amical et de voisinage. Cependant, dans le respect des mesures de confinement, on vérifiera s’il est permis de convier des voisins ou des amis. En tout état de cause, si on le fait, on veillera à respecter strictement les gestes barrières.
  • On place le nombre de chaises nécessaires devant le coin prière, en respectant la distance d’un mètre cinquante entre chacune.
  • On aura eu à cœur de renouveler les ornements du coin prière : images, bougies, fleurs réelles ou en papier, dessins d’enfants, guirlandes, etc.
  • Une simple croix, ou un crucifix, doit toujours figurer en arrière-plan.
  • On désigne la personne qui va conduire la prière.
  • Le Conducteur est aussi celui qui dirige la préparation de la célébration et qui pendant celle-ci, gère la longueur des temps de silence.
  • On désigne des lecteurs pour les lectures.
  • Lors de la préparation de la célébration :  on pourra rédiger une formule de prière universelle (à défaut, une formule est proposée ici dans le cours de la célébration) ; on pourra ajouter des chants appropriés.

* * *

32e DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Célébration de la Parole

 « Voilà l’Epoux, sortez à sa rencontre ! »

 

* * *

 

On est assis.

Celui qui guide la célébration dit :

 

℣. Frères et sœurs,

Les derniers dimanches du temps ordinaire nous

encouragent à attendre et espérer la venue du Christ.

Ils nous invitent à être toujours vigilants.

Dans cette optique, Jésus nous exhorte

à être comme les vierges prévoyantes :

« Veillez donc car vous ne savez ni le jour, ni l’heure ! »

 

Toute notre vie, doit d’une certaine manière

être comme une préparation

à la rencontre ultime avec lui.

 

Frères et sœurs, en ces jours où notre amour de Jésus

est privé de communier à sa présence réelle,

écoutons-le bien nous dire dans son Évangile,

comment nous pouvons avoir la certitude

de lui prouver notre amour,

à l’heure de sa venue.

 

Pause

On garde une minute de silence.

Puis, celui qui guide la célébration dit la prière suivante :

 

Ô Jésus, Fils de Dieu, notre Sauveur :

voici que, en ce dimanche,

nous sommes empêchés de perpétuer,

par la célébration de l’Eucharistie,

l’offrande que tu fis de ta vie

pour tes frères et sœurs en humanité :

plus que jamais,

tu nous demandes d’actualiser ton eucharistie,

en nous aimant les uns les autres

comme tu nous as aimés.

 

℟. Ainsi soit-il.

 

Après un instant de silence, on se lève.

Tous se signent en disant:

 

℣. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

 

Celui qui guide la célébration poursuit:

 

Pour nous préparer à accueillir la parole de Dieu

et pour qu’elle nous guérisse,

nous nous reconnaissons pécheurs.

 

On dit ensuite le rite pénitentiel :

 

℣. Seigneur, accorde-nous ton pardon.

℟. Nous avons péché contre toi.

℣. Montre-nous ta miséricorde.

℟. Et nous serons sauvés.

℣. Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

℟. Amen.

 

On dit ou on chante :

 

℣. Seigneur, prends pitié.

℟.Seigneur, prends pitié.

℣. Ô Christ, prends pitié

℟.Ô Christ, prends pitié

℣. Seigneur, prends pitié.

℟.Seigneur, prends pitié.

 

On dit ou on chante le Gloria :

 

℟.Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde,
prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde,
reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père,
prends pitié de nous.
Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,
Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.
Amen.

 

℟.Glória in excélsis Deo
et in terra pax homínibus bonae voluntátis.
Laudámus te, benedícimus te,
adoramus te, glorificámus te,
gratias agimus tibi propter magnam glóriam tuam,
Dómine Deus, Rex cæléstis, Deus Pater omnípotens.
Dómine Fili Unigénite, Jesu Christe,
Dómine Deus, Agnus Dei, Fílius Patris,
qui tollis peccáta mundi, miserére nobis;
qui tollis peccáta mundi, suscipe deprecationem nostram.
Qui sedes ad déxteram Patris, miserére nobis.
Quóniam tu solus Sanctus, tu solus Dóminus,
tu solus Altíssimus, Jesu Christe,
cum Sancto + Spíritu : in glória Dei Patris.
Amen.

 

 

PRIÈRE

 

Celui qui guide dit la prière suivante :

 

Dieu qui es bon et tout-puissant,

éloigne de nous tout ce qui nous arrête,

afin que sans aucune entrave, ni d’esprit ni de corps,

nous soyons libres pour accomplir ta volonté.

Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur.

 

℟. Amen.

 

On s’assied.

 

PREMIÈRE LECTURE

 

Lecture du livre de la Sagesse (6, 12-16)La Sagesse est resplendissante, elle ne se flétrit pas.
Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent. Elle devance leurs désirs en se faisant connaître la première. Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte. Penser à elle est la perfection du discernement, et celui qui veille à cause d’elle sera bientôt délivré du souci. Elle va et vient à la recherche de ceux qui sont dignes d’elle ; au détour des sentiers, elle leur apparaît avec un visage souriant ; dans chacune de leurs pensées, elle vient à leur rencontre.  

℣. Parole du Seigneur.

℟.Nous rendons grâce à Dieu.

 

PSAUME

(Ps 62)

 

Mon âme à soif de toi, Seigneur mon Dieu 
Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube : mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau. ℟. 
Je t’ai contemplé au sanctuaire, j’ai vu ta force et ta gloire. Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres ! ℟. 
Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom. Comme par un festin je serai rassasié ; la joie sur les lèvres, je dirai ta louange. ℟. 
Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler. Oui, tu es venu à mon secours : je crie de joie à l’ombre de tes ailes. ℟.

 

DEUXIÈME LECTURE

 

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens (4, 13-14)
Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire.

 

℣. Parole du Seigneur.

℟.Nous rendons grâce à Dieu.

 

Après un temps de silence, tous se lèvent au moment où l’on dit ou chante l’acclamation de l’Évangile. 

 

ÉVANGILE

 

℟. Alléluia. Alléluia.

.Veillez, tenez-vous prêts :

c’est à l’heure où vous n’y pensez pas

que le Fils de l’homme viendra.

℟. Alléluia. Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 1-13)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » — Acclamons la Parole de Dieu.

 

Tous s’assoient.

Celui qui guide redit lentement, comme en écho grave et lointain :

 

« Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure »

 

On garde 3 mn de silence pour une méditation personnelle.

Vous pouvez aussi méditer avec l‘homélie spécialement préparée pour les lecteurs de Aleteia du frère Jean-Thomas de Beauregard, op.

Collection Dagli Orti / Accademia San Luca Rome
La parabole des vierges sages et des vierges folles, détail des vierges folles. Collection Dagli Orti / Accademia San Luca Rome

 

Puis tous se lèvent et professent la foi de l’Église en disant le symbole des apôtres :

Je crois en Dieu, le Père tout puissant,créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur,qui a été conçu du Saint-Esprit,est né de la Vierge Marie,a souffert sous Ponce Pilate,a été crucifié, est mort et a été enseveli,est descendu aux enfers,le troisième jour est ressuscité des morts,est monté aux cieux,est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,d’où il viendra juger les vivant et les morts.Je crois en l’esprit-Saint,À la sainte Église catholique,à la communion des saints,à la rémission des péchés,à la résurrection de la chair,à la vie éternelle. Amen.

 

PRIÈRE UNIVERSELLE

 

Tous restent debout et on fait la prière universelle, telle qu’elle a été préparée. Ou bien on prie les Intercessions suivantes, en séparant bien les intentions d’une seconde de silence.

Celui qui guide la Prière dit :

 

. Rendons grâce à Dieu qui est Père, Fils et Esprit Saint. 

 

Tous reprennent le refrain :

℟. Béni sois-tu !

 

Pour l’Église qui vit dans la mouvance de l’Esprit Saint, 

qu’elle le transmette par la grâce des sacrements;℟.

 

Pour les évêques, les prêtres et les diacres, 

qu’ils rendent raison de l’espérance qui les habite ; ℟.

 

Pour tous les fidèles, 

qu’ils gardent les commandements de leur Sauveur ; ℟.

 

Pour ceux qui entourent les malades, 

qu’ils apportent soins et réconfort avec amour; ℟.

 

Pour le chemin d’éternité ouvert à tous les hommes, 

que ceux qui nous ont quittés le suivent jusqu’à toi.℟.

 

Les personnes présentes peuvent ajouter, tour à tour, leurs propres intentions. À la fin de chacune d’elles, on reprend tous ensemble le refrain :

 

℟. Béni sois-tu !

 

Celui qui guide introduit à la Prière dominicale :

Unis dans l’Esprit et dans la communion de l’Église, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

 

On dit ou on chante le Notre Père :

℟. Notre Père…

 

Et on enchaîne immédiatement :

℟. Car c’est à toi…

 

Puis celui qui guide invite au partage de la paix :

Nous venons d’unir notre voix à celle du Seigneur Jésus pour prier le Père.

Nous sommes fils dans le Fils.

Dans la charité qui nous unit les uns aux autres, renouvelés par la parole de Dieu, nous pouvons échanger un geste de paix, signe de la communion que nous recevons du Seigneur.

Tous échangent alors une salutation de paix à distance, par exemple en s’inclinant profondément les uns vers les autres, tour à tour ; ou bien, en famille, on s’envoie un baiser avec deux doigts sur les lèvres.

On s’assied.

 

COMMUNION SPIRITUELLE

 

Celui qui guide dit :

 

Quand nous ne pouvons pas recevoir la communion sacramentelle faute de messe, le pape François nous invite instamment à pratiquer la communion spirituelle, appelée aussi “communion de désir”.

Le Concile de Trente nous rappelle que celle-ci “consiste dans un ardent désir de se nourrir du Pain céleste, avec une foi vive qui agit par la charité et qui nous rend participants des fruits et des grâces du Sacrement”.

La valeur de notre communion spirituelle repose donc sur notre foi en la présence du Christ dans l’Eucharistie comme source de vie, d’amour et d’unité, et sur notre désir d’y communier malgré tout.

Dans cet esprit, je vous invite maintenant à incliner votre tête, à fermer les yeux et à vous recueillir.

 

Silence

 

Au plus profond de notre cœur, laissons monter en nous le désir ardent de nous unir à Jésus,

dans la communion sacramentelle,

et de faire vivre ensuite son amour dans nos vies,

en aimant les autres comme il nous a aimés.

 

On reste en silence pendant 5 minutes pour un cœur à cœur avec le Christ Jésus.

Vous trouverez en cliquant ici plusieurs exemples de prières de communion spirituelle.

Voici celle que propose le pape François.

« À tes pieds, ô mon Jésus,
je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme
dans son néant et Ta sainte présence.
Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour,
désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre.
En attente du bonheur de la communion sacramentelle,
je veux te posséder en esprit.
Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort.
Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort.
Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il. »

Puis on se lève et on peut chanter un beau cantique d’action de grâce.

 

On reste debout, tournés vers la croix du Christ.Les mains jointes, celui qui guide la Prière dit, au nom de tous, la prière de bénédiction :

 

PRIÈRE DE BÉNÉDICTION

 

Par la résurrection de son Fils unique,

Dieu nous a fait la grâce du Salut,

il a fait de nous ses enfants : ensemble,

bénissons-le pour une telle adoption.

℟. Amen

 

En nous recréant ainsi dans son Fils,

Il nous a offert sa propre liberté :

Qu’il nous donne part au bonheur éternel.

℟. Amen

 

Dans le baptême,

nous sommes déjà ressuscités avec le Christ :

veillons donc pour être prêt

quand il viendra.

℟. Amen

 

Et tous ensemble les mains jointes :

 

℟. Et que la grâce de Dieu descende sur nous

et y demeure à jamais. Amen.

 

Tous se signent. Puis les parents peuvent tracer le signe de la croix sur le front de leurs enfants.

Pour conclure la célébration, on peut chanter le Regina Caeli, ou tout autre chant connu à la Vierge Marie.

 

Regína caéli, lætáre, Allelúia!
Quia quem meruísti portáre, Allelúia!
Resurréxit, sicut dixit, Allelúia!
Ora pro nóbis Déum, Allelúia!

Reine du ciel, réjouis-toi, Alléluia !
car le Seigneur que tu as porté, Alléluia !
est ressuscité comme il l’avait dit, Alléluia !
Reine du ciel, prie Dieu pour nous, Alléluia !

 

* * *

 

Tant que durera l’interdiction des cultes publics, Aleteia vous proposera pour chaque Dimanche et Fête des formules de célébrations à la maison. Ainsi, chez vous, vous pourrez continuer de sanctifier le jour du Seigneur, envers et contre tout, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Pour continuer de sanctifier chaque jour, il sera bon de renouer avec la vénérable tradition des vêpres familiale en célébrant, vers la fin de l’après-midi, l’office de la Liturgie des heures ; ou bien l’on pourra prendre la Prière du soir du jour, que l’on trouvera ici.

Vous pourrez aussi trouver, gratuitement, bien d’autres ressources sur Aleteia et sur le site Magnificat.

Soutenez Aleteia !
 
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 19:18
Veillée de prière à Taizé 2017

Partager cet article

Repost0

Rechercher

Articles Récents

  • Que nos yeux s'ouvrent !
    Voici comment participer aux quatre vendredis de prière et de jeûne proposés par les évêques de France pour "sortir d’une bioéthique aveuglée". Le projet de loi bioéthique est débattu en deuxième lecture à partir du 2 février au Sénat. Alors que l’examen...
  • L'HEBDO DU CATE n° 12
    Pour ouvrir, cliquez sur le trombone. Merci. - 17.01.2021_-_12_l_hebdo_du_kt.pdf
  • couvre-feu: nouveaux horaires des messes du samedi soir.
    Le couvre-feu passant dès ce samedi de 20h00 à 18h00, pour tous, les messes anticipées (du samedi à 18h00) seront avancées à 16h00 pendant le temps de ce couvre-feu. D’autre part, pour respecter la distanciation, la messe en famille prévue samedi 6 février,...
  • Le Pape: "se faire vacciner"
    Le pape incite à « se faire vacciner » et fustige un « négationnisme suicidaire » François a indiqué, dans un entretien à la chaîne italienne de télévision Canale 5, que la campagne de vaccination allait démarrer au Vatican et qu’il se ferait lui-même...
  • Regard sur la bienheureuse Marie-Céline
    Regard sur la bienheureuse Marie-Céline Bienheureuse Soeur Marie Céline de la Présentation 1878-1897 Clarisse (1896-1897) au Monastère de Bordeaux-Talence Un extraordinaire attachement au Christ sur un chemin jonché d’épreuves. Né le 23 mai, dans un petit...
  • Espérer à temps et à contretemps - TAIZE 2021
    TAIZE, Mesage 2021 du frère AloIs - 04.01.2021_-_message_2021_-_frere_alois_-_taize.pdf https://www.taize.fr/fr_article29828.html - site de Taizé Un message pour 2021 L’humanité avance grâce à celles et ceux, si nombreux, qui se donnent sans compter,...
  • L'HEBDO DU CATÉ N°11 Dimanche 10 janvier 2021, le baptême du Seigneur
    pour ouvrir, cliquer sur le trombone, ci-dessus. Merci. - 10.01.2021_-_11_l_hebdo_du_kt.pdf
  • crèche emmurée, à Bethléem Homélie de Mgr Hubert HERBRETEAU pour la Messe de la nuit de Noël à la cathédrale Saint - Caprais à Agen , le jeudi 24 décembre 2020 Is 9, 1 - 6 ; Ps 95 ; Tt 2, 11 - 14 ; Lc 2, 1 - 14 Chers amis, frères et sœurs, La période...
  • NEUVAINE contre l'EXPULSION
    SOS PRIÈRE Je vous invite à vous joindre à cette initiative, en y ajoutant les amis de notre paroisse (Philippe) Neuvaine initiée par la Paroisse saint Pierre des Rivières à Tonneins (PJ à imprimer) Depuis environ 2 ans les personnes qui viennent à la...
  • QUE LE SEIGNEUR TE BENISSE ET TE GARDE
    Maintenant qu'internet est rétabli, c'est moi, Philippe, qui suis "batterie à plat"! Comme vous le savez, j'aime vous bénir avec ce Passage de la Parole de Dieu lue le 1° janvier: Lecture du livre des Nombres (Nb 6, 22-27) Le Seigneur parla à Moïse. Il...